« PS, PSD et Président de la République, chacun à leur manière, au lieu de chercher des solutions, ils cherchent dans ces élections tout arrangement et solution qui garantisse le progrès de la politique de droite », a déclaré le leader des communistes, dans une rencontre avec des militants de la CDU, à Ponta Delgada, dans le cadre de la campagne pré-électorale pour les élections législatives nationales anticipées du 30 janvier.

Pour Jerónimo de Sousa, c’est ce que veulent « les forces et les intérêts des grandes entreprises, et la soumission aux intérêts de l’Union européenne, que ce soit à travers toute majorité absolue ambitieuse ou tout arrangement qui sert cet objectif », dans lequel « le clin d’œil un œil entre le PS et le PSD est un signe clair ».

Le leader a souligné que le PS et le PSD « marchent du même côté, qui est la politique de droite » contre l’augmentation des salaires et des retraites, les droits des travailleurs et la défense des services publics menée par la politique de la CDU.

Jerónimo de Sousa a déclaré que « la droite ne se combat pas avec ceux qui tendent la main à cette même droite », il faut, comme en 2015, « garantir une politique alternative vraiment de gauche, dont l’engagement principal est de défendre la intérêts des travailleurs et du peuple ».

Le leader de la CDU a déclaré que les élections du 30 janvier sont « une opportunité pour le vote de la CDU de voir une issue aux problèmes qui affligent » les travailleurs, tels que l’accès aux soins de santé et au logement.

Jerónimo de Sousa a rappelé que la CDU « a compté, compté et comptera pour ouvrir la voie à une autre politique, pour forcer des solutions que d’autres résistent ou refusent de donner ».

La CDU, a-t-il souligné, « comptait faire des progrès quand d’autres voulaient convaincre que le pays était condamné à ne connaître que la voie de la liquidation et du vol des droits ».

Le secrétaire général du PCP s’est manifesté contre « l’engraissement des groupes privés qui rôdent, également dans la région [Açores] de parasiter les ressources », s’étant interrogé sur ce qu’il adviendrait des Portugais, avec la pandémie de covid-19, s’il n’y avait pas eu le Service national de santé et si « on avait attendu les groupes économiques de la santé, mettant leur propre vie en danger » .

Jerónimo de Sousa a lancé un appel au vote à la CDU aux Açores, pour garantir l’élection de la tête de liste pour la région, Judite Barros, visant à défendre les intérêts de la région à l’Assemblée de la République.

Jerónimo a mentionné qu’« il y a [na Assembleia da República] il n’y a pas de voix des députés PS et PSD » qui ont été élus par la circonscription électorale des Açores.

La Région autonome des Açores élit cinq députés à l’AR, et en 2019, le PS (40,06 %) a obtenu trois sièges et le PSD (30,21 %) deux.

La CDU – qui a perdu son siège au parlement des Açores, lors des législatures régionales de 2020 – a garanti 2,45% des suffrages exprimés lors des dernières élections nationales de 2019.

JME // RBF