L’édition remasterisée des bobines originales des sessions complètes du LP « Busto », entre dans le cadre du projet de récupération des enregistrements d’Amália Rodrigues, dirigé par Frederico Santiago, et sera publiée le 26 prochain.

L’édition – sur trois CD – « Amália Rodrigues » comprend l’album « Busto », dans son alignement d’origine, et tous les fados enregistrés dans les mêmes sessions, qui ont donné lieu à deux autres LP : « Amália 1963 » et « Amalia for Your Délice ».

Le troisième CD comprend d’autres éléments complémentaires, dont une partie inédits, enregistrés lors des sessions « Busto ». Pour le 26 prochain, la sortie d’une « édition spéciale » est également prévue, qui comprend un DVD avec un récital d’Amália à la RTP, en 1961, dans lequel elle présente ce nouveau répertoire.

S’adressant à l’agence Lusa, Frederico Santiago a déclaré que « Busto » a été enregistré « en plusieurs sessions, qui ont eu lieu entre 1960 et 1962, au Teatro Taborda, [em Lisboa], à une époque où Amália, d’abord fiancée puis nouvellement mariée à César Seabra, a passé de longues périodes au Brésil. En venant en Europe, elle ne s’est pas arrêtée. En 1960, par exemple, Amália passe deux semaines à travailler à Bobino, à Paris, puis elle travaille plusieurs jours à Madrid, part pour la Tunisie et l’Algérie, où elle travaille dans plusieurs villes ; puis il a joué pendant une semaine à Bruxelles et est parti pour la Grèce, retournant à Paris pour deux semaines à l’Olympia. Et on est encore début mai !

« La dimension de la carrière d’Amália est aussi méconnue qu’incroyable », a alors déclaré le chercheur : « Si l’année de son mariage [1961] c’est plus calme, à partir de l’été 1962, juste au moment où le LP ‘Busto’ sort pour la première fois [no Reino Unido], revient à la même frénésie artistique, se produisant en Espagne, en Angola, en France et dans le prestigieux Festival d’Edimbourg ».

Frederico Santiago a qualifié l’album « d’une grande et éternelle modernité », issu de la rencontre d’Amália avec le compositeur franco-portugais Alain Oulman.

Parallèlement aux compositions d’Oulman, Amália a enregistré les deux fados traditionnels qui ont le plus marqué sa carrière, « Povo que Lavas no Rio », avec un poème de Pedro Homem de Mello adapté par Amália, dans Fado Vitória, de Joaquim Campos, et « Estranha Forma de Vida », par sa paternité, qu’il a enregistrée dans la mélodie de Fado Bailado, d’Alfredo Marceneiro.

Frederico Santiago n’en doute pas, c’est « un moment refondateur de la musique portugaise ».

La relation d’Amália avec le compositeur luso-français avait commencé à Paris, en 1959, lorsque ce dernier lui présenta une mélodie qu’il avait composée pour elle. Amália lui a conseillé de parler avec le poète Luís de Macedo, pseudonyme littéraire du diplomate Chaves de Oliveira, pour écrire les paroles pour lui. « Vagamundo » serait né. « Ce n’est que plus tard, en été [de 1959], Oulman est venu au Portugal et la soi-disant rencontre entre les deux a eu lieu, dans un camp à Ericeira », à la périphérie de Lisbonne.

Ce même été, Amália incluait déjà « Vagamendo » (Luís Macedo/A. Oulman) dans ses spectacles lors de sa tournée sur la Côte d’Azur, dans le sud de la France, notamment à Monte Carlo. Grâce à « un enregistrement particulier », ce disque fait partie des suppléments de cette nouvelle édition CD de « Busto ».

Parmi les figurants de cette nouvelle édition figurent des répétitions inédites à Rio De Janeiro, dans l’une desquelles il chante sa toute première version de « Povo que Lavas no Rio », d’autres enregistrées avec Alain Oulman au piano à Lisbonne et la participation d’Amália, fin novembre 1962, une semaine avant la sortie du LP, lors de la fête en l’honneur du chanteur et présentateur de fado Filipe Pinto (1905-1968), qui, bien qu’ayant déjà été publié sur le disque avec le spectacle complet, « Tivoli 62 » (2015), qui regroupe d’autres fadistas, « il est essentiel ici de comprendre l’histoire de cet album, qui ne serait présenté au Portugal qu’en décembre ».

Un autre extra est l’interview d’Amália avec Alain Oulman et le poète David Mourão-Ferreira, donnée à l’animateur de l’époque Rádio Clube Português Henrique Mendes, à son domicile, lors de la présentation de « Busto ».

« C’est le seul album dans lequel Amália est accompagnée par la guitare de José Nunes », a souligné Frederico Santiago. La façon dont le guitariste José Nunes (1916-1979) évoquait les fados d’Oulman est devenue célèbre dans le monde du fado : « Allons aux opéras ».

Pour Frederico Santiago, l’expression « condense l’étrangeté et le respect que suscitait cette musique », et qu’Amália, dans une interview, a dit qu’elle attendait, comme si elle la préméditait intimement.

Les lettres de la chanteuse de fado au compositeur, dont certaines ont été retranscrites dans le livret du CD, révèlent la satisfaction de la chanteuse de fado pour son travail avec Oulman, à qui elle a écrit en disant : « Tu m’es apparu au bon moment ! ».

« J’ai chanté le ‘Vagamundo’ dans tous les spectacles et le silence du public a été religieux. Réfléchis bien et fais ce que je te dois ! », écrivait Amália, de Nice, dans le sud de la France, au compositeur en juillet 1959.

« Busto », le nom donné à l’album car la pochette reproduit un buste d’Amália, écrit par Joaquim Valente, compte neuf chansons, sept avec une musique d’Alain Oulman pour des poèmes de Luís de Macedo – « Asas Fechadas », « Vagamundo » et « Cais de Outrara » -, et David Mourão-Ferreira – « Maria Lisboa », « Marugada de Alfama », Abandono » et « Aves Agoirentas » -, en plus des « People que Lavas no Rio » et « Estranha Forma de La vie ».

Les compositions d’Oulman, référencées Santiago, « apportent de nouvelles chaînes harmoniques et de nouvelles amplitudes mélodiques mais respectent la structure et la liturgie du fado elle-même », ce qui l’amène à qualifier cet album de « révolution consciente, mais non préméditée » du destin.

Parmi les alignements se trouve « Dura Memória », le premier poème de Luís de Camões mis en musique par Oulman.

Santiago a attiré l’attention sur le fait qu’Amália « était la plus universelle des chanteuses populaires du XXe siècle, en raison de la quantité d’univers artistiques qu’elle a incorporés à son répertoire. « Des « rancheras » mexicaines aux chansons folkloriques italiennes ; du flamenco à la chanson française ; du tango aux tubes du « songbook » nord-américain ; de Camões à ‘Whispering’; de ‘Malhão’ à Vinicius de Moraes; toujours avec une totale authenticité et avec la maîtrise presque miraculeuse d’un langage universel et rarissime, celui du phrasé musical. C’est ce qui l’a fait toucher les gens, c’est ce qui a d’abord impressionné le plus savant Alain Oulman ».

« Amália nous a laissé une œuvre colossale », que Frederico Santiago s’est efforcé de diffuser à travers des éditions remasterisées des enregistrements originaux, comme ce triple CD « O Busto ».

Concernant l’intervention de restauration, réalisée en collaboration avec Pedro Félix, de la National Sound Archive (ANS), Frederico Santiago a déclaré que « quelques corrections mineures avaient été apportées », et a garanti que « toutes les caractéristiques étaient maintenues, y compris les différentes. niveaux d’écho présents dans la bobine d’origine », ayant « résolu quelques petits problèmes techniques pour lesquels il n’y avait auparavant aucun outil ».

Les enregistrements d’Amália Rodrigues (1920-1999) sont candidats au programme « Memória do Mundo », de l’Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO), pour la « valeur exceptionnelle universelle d’enregistrement de sa voix et de sa musique », a annoncé le gouvernement portugais en octobre dernier.

Il s’agit de la première candidature portugaise pour un document audiovisuel.

L’application sera promue par l’équipe ANS, en collaboration avec l’éditeur Valentim de Carvalho, propriétaire de la collection de bandes magnétiques enregistrées par l’interprète entre 1951 et 1990 et d’autres enregistrements, certains jamais publiés, tels que des essais, différentes « prises » , des expériences d’enregistrement, des enregistrements informels, entre autres que Frederico Santiago a essayé de faire connaître au public à travers de nouvelles éditions, comme celle-ci en trois CD, intitulée « Amália Rodrigues » et qui comprend l’album « Busto ».

NL // MAG

Le contenu de l’édition remasterisée de « Busto » d’Amália arrivera sur le marché le 26 prochain et apparaîtra en premier dans Visão.