"C'est une condamnation vraiment mauvaise, nous ne pouvons pas comprendre comment le tribunal est arrivé à cette conclusion", a déclaré aujourd'hui à Lusa le chanoine José Paulo Abreu, de l'archidiocèse de Braga.

Il a ajouté que les documents que l'archidiocèse a en sa possession "sont sans équivoque" en ce qui concerne la propriété du parc, donc un appel sera déposé.

L'archidiocèse de Braga a intenté une action en justice contre la chambre de Braga, demandant à être déclaré propriétaire exclusif et légitime du Parque de S. João da Ponte, dans cette ville.

En action, l'archidiocèse a également demandé que l'usage et l'occupation partielle que la commune fait de cet espace soient déclarés illicites et abusifs et que la commune soit obligée de s'abstenir d'utiliser, d'apprécier, d'utiliser et d'occuper le parc.

L'archidiocèse voulait également que la commune soit condamnée à restituer la partie de ce parking qu'elle occupait avec un parking dans l'état où elle se trouvait, libre et inoccupée pour les personnes et les biens.

Le tribunal, par jugement du 19 novembre, auquel Lusa avait aujourd'hui accès, n'a donné aucune raison à l'archidiocèse et l'a condamné à reconnaître que le Parque de S. João da Ponte fait partie du domaine public de la commune de Braga.

Il a également décidé d'ordonner au Conservatório do Registo Predial de Braga et au Service des finances de Braga d'annuler les documents et les archives donnant la possession de ces terres à l'archidiocèse.

Dans une déclaration publiée avant le jugement du procès, l'archidiocèse a accusé la Chambre de «vouloir s'approprier» le parc, garantissant qu'elle disposait de documents depuis le XVe siècle «qui prouvent que l'Église catholique est propriétaire du Parque da Mitra, où le Chapelle de S. João da Ponte ».

Il a ajouté que la Chambre "n'a, n'a jamais eu, aucun type de titre de possession sur ce territoire".

Elle a déclaré avoir été «poussée par la Chambre devant le tribunal», affirmant qu'elle avait tenté «à plusieurs reprises» de parvenir à un accord, mais sans succès.

Dans le même temps, le maire, Ricardo Rio, a déclaré que la municipalité "ne veut rien s'approprier" et "n'a aucun intérêt à discuter de la question de la propriété" du parc.

«La propriété pour moi n’est absolument pas pertinente, mais l’archidiocèse a décidé de s’adresser au tribunal et le tribunal devra trancher. L'important était de définir les règles d'utilisation de cet espace, et j'ai essayé plusieurs fois un consensus, mais ce n'était pas possible. Ce que je ne peux pas faire, c'est donner à l'Église un espace dont on me dit qu'il appartient à la municipalité », a-t-il ajouté.

Stade des festivités de S. João, le Parque da Ponte comprend dans son intérieur la chapelle dédiée à ce saint, cimetière et patio, en plus d'images, de croisières, de kiosque à musique et de «couvert arboré abondant».

VCP // JAP

Le contenu de la Cour dit que le Parque da Ponte appartient à la Chambre de Braga, l'archidiocèse fera appel apparaît en premier à Visão.