Le tourisme portugais devrait perdre près de 12,4 milliards d'euros, quoi qu'il arrive avec la question d'un «pont aérien britannique» ou l'arrivée (ou non) de touristes espagnols maintenant que les frontières ont rouvert.

C’est le résultat d’aujourd’hui d’un article dans Expresso qui dit que les données des Nations Unies indiquent que toutes les destinations populaires en Europe – ainsi que celles en Amérique du Nord. risquent de perdre "des milliards de dollars en raison de la chute drastique du tourisme international".

La CNUCED, l'agence des Nations Unies pour le commerce et le développement, évalue les pertes du Portugal à 13 922 milliards de dollars (près de 12,4 milliards d'euros), des pays comme les États-Unis et la Chine diminuant manifestement beaucoup plus.

Au niveau mondial, le secteur du tourisme semble prêt à subir des pertes d’au moins 1 200 milliards de dollars (l’équivalent de 1,5% du PIB), et c’est un «meilleur scénario».

Alors que certains pays réintroduisent des verrouillages et que des restrictions de voyage sont toujours en place, le calcul le plus pessimiste, dit Expresso, fait état d’une récession touristique mondiale qui priverait 3,3 billions de dollars de l’économie mondiale.

Les niveaux de confiance – c'est-à-dire que les gens VEULENT même voyager – sont essentiels dans toutes ces équations,

Entre-temps, le Portugal a commencé à introduire des «restrictions de voyage» sur les dépliants en provenance des États-Unis et des pays PALOP (lusophones).

À partir d'aujourd'hui, toute personne entrant au Portugal depuis l'une de ces destinations devra prouver qu'elle a été testée négative pour Covid-19 au cours des 72 dernières heures.

natasha.donn@algarveresident.com