Les partis détenant des sièges parlementaires candidats aux élections législatives par le cercle de Porto s’accordent sur la desserte réduite de la TAP à l’aéroport Francisco Sá Carneiro, mais s’opposent sur la solution de maintenir les lignes, toujours orientées vers le chemin de fer.

« Il est essentiel qu’un TAP qui survive grâce à une injection aussi importante d’argent public serve l’ensemble du pays », a déclaré le président de la circonscription PS Manuel Pizarro, qui, bien que n’étant pas candidat au scrutin du 30 janvier, mais a été indiqué par la candidature pour parler à Lusa.

L’ancien candidat à la mairie de Porto et actuel député européen a également noté que « TAP a progressivement abandonné l’aéroport Francisco Sá Carneiro lorsqu’il était une entreprise publique, et plus encore lorsqu’il est devenu une entreprise à gestion privée », mais a exclu que la relation entre l’entreprise avec l’aéroport est « un problème de nature publique ou privée de l’entreprise ».

Pour le PSD, la députée et tête de liste du district de Porto, Sofia Matos, a admis à Lusa que la position de la TAP par rapport à l’aéroport de Porto lui cause « une certaine révolte », pointant du doigt le gouvernement PS et le renversement de la privatisation opéré par le gouvernement PSD/CDS-PP.

« Ils ont renversé la privatisation de la TAP dans la conviction que ce renversement est absolument stratégique, mais la vérité est qu’en ce moment c’est tout un pays qui paie la TAP, alors que la TAP ne sert pas tout le pays », a-t-il résumé.

L’existence d’un TAP public contribue à la nécessité pour le plan de restructuration d’inclure un « regard sur Porto et l’aéroport de Porto », mais aussi au rejet de la proposition du maire de Porto, Rui Moreira, de subventionner d’autres entreprises pour faire des routes que la TAP ne couvre pas : « Nous avons une TAP publique, et donc nous devons travailler et faire pression pour que la TAP fasse ces mêmes trajets », a-t-il estimé.

Le député a également critiqué le soutien à des compagnies comme Ryanair « low cost », « une compagnie qui, d’un point de vue du travail, par exemple, a beaucoup de mal à se conformer à la législation portugaise », ayant « plusieurs affaires judiciaires, et même beaucoup de gagnés par les travailleurs ».

Diana Ferreira, tête de liste CDU (PCP-PEV) dans le district de Porto, a également souligné un autre élément, de son point de vue, qui a influencé la perte d’importance de l’aéroport de Porto : le fait qu’ANA – Aeroportos de Portugal était actuellement une société privée.

« L’établissement que fait ANA Aeroportos par rapport aux vols TAP et la présence de TAP dans ses aéroports n’est pas déconnecté d’une entreprise qui est privée et a d’autres objectifs, à savoir la maximisation des profits, mais qui ne sont pas en adéquation avec les besoins de développement du district et de la région », a-t-il estimé.

Filipa Correia Pinto, première candidate CDS/PP de la circonscription, a évoqué l’importance d’avoir des routes importantes pour l’économie du Nord, telles que des liaisons vers l’Italie du Nord, le secteur du textile et de la chaussure, ou « l’Allemagne dans la métallurgie », défendant « une solution qui rapproche Porto de Lisbonne et des capitales européennes, et des centres économiques avec lesquels Porto entretient des relations ».

Quant à la proposition de Rui Moreira, le candidat du CDS-PP l’a considérée comme « une piste de réflexion et un bon point de départ », mais a reconnu que le parti « a toujours une certaine allergie à entendre parler de subventions », pour défendre l’économie des toilettes.

Le PAN, selon la députée Bebiana Cunha, première candidate de Porto, « évidemment pas » d’accord avec cette proposition, qui ne « demande plus au TAP ce qu’il faudrait exiger, c’est-à-dire la cohésion territoriale ».

« Financer le ‘low cost’ [companhias de baixo custo] va, en substance, intensifier et aggraver les problèmes que la ville connaissait déjà dans la période pré-pandémique », comme la « pression » touristique, qui a des répercussions sur « les problèmes de logement », a-t-il souligné.

« Ce serait une solution d’appel pour résoudre le problème », déclare à Lusa, en revanche, Rui Afonso, le premier candidat de Chega no Porto, estimant que « cela ne peut jamais passer par une solution structurelle », mais plutôt « une solution temporaire jusqu’à la fin du plan de restructuration, ou jusqu’à ce que TAP parvienne à réunir les conditions nécessaires pour relocaliser le ‘hub’ à Porto, par exemple ».

Rui Afonso a prévenu que, sans TAP à Porto, « cela aura évidemment des répercussions tant sur le tissu d’affaires lui-même qu’en termes de tourisme », avec « un impact en termes de revenus et de niveau d’emplois ».

Quant à l’Initiative libérale, Carlos Guimarães Pinto, ancien président du parti et tête de liste pour Porto, considère que « l’aéroport de Porto n’a pas eu besoin de TAP pour se développer, le tourisme à Porto n’a pas eu besoin de TAP pour se développer, ce qui montre à quel point inutile TAP est », et a critiqué la stratégie de l’entreprise par rapport à la Galice, la région desservie par l’aéroport de Sá Carneiro.

« Il y avait des vols de certains aéroports de Galice vers Lisbonne, pour détourner un ensemble de ces passagers, précisément, de l’aéroport de Porto », a-t-il déclaré, affirmant que l’entreprise « n’a pas de stratégie qui consiste à transformer l’aéroport Francisco Sá Carneiro en un ‘ hub’ de la péninsule ibérique », en particulier du nord-ouest de la péninsule.

Pour Livre, la tête de liste Jorge Pinto a précisément énuméré la nécessité d’une « liaison du TGV à Vigo », ainsi que le passage de la ligne Leixões au service voyageurs – « qui serait une sorte de circulaire, à Porto, du chemin de fer » – également relié à l’aéroport.

« C’est cette articulation au niveau ibérique entre le ferroviaire et l’aérien » que le parti défend, dit Jorge Pinto, dans une logique de « réduire les vols quand ils peuvent être réduits », étant « essentiel que le Nord du Portugal, de Porto vers le haut ». , et toute la Galice, peut s’articuler en une série de choses, notamment en ce qui concerne le secteur aérien ».

Tous les autres responsables interrogés par Lusa étaient favorables au développement ferroviaire de la région.