Dans un communiqué de presse, le SNTCT indique que "les données recueillies jusqu'à midi indiquent une adhésion de 78% à la grève".

Les postiers sont aujourd'hui en grève, pour la deuxième fois en deux semaines, pour protester, entre autres, contre le paiement de l'indemnité de repas sur carte.

«C'est une grande journée de lutte et de preuve que les travailleurs veulent des changements profonds dans la gestion de leur entreprise», explique le SNTCT, qui souligne que «les augmentations de salaire, le nombre de travailleurs embauchés suffisamment pour fournir un service de qualité, l'allocation aux employés un repas payé en espèces, des conditions de travail décentes et la fin de l'arrogance sont les exigences que CTT doit satisfaire pour que la lutte prenne fin ».

Le syndicat avance en outre que "plusieurs luttes locales sont déjà programmées pour les mois de juin et juillet, mais si la direction du CTT reste autiste et autoritaire, les travailleurs discuteront de la réalisation de nouvelles formes de lutte".

Dans une autre déclaration, CTT a indiqué que l'adhésion à l'arrêt des travailleurs des postes était de 18,4% jusqu'à midi.

«S'étant inscrit dans le système de traitement des salaires des travailleurs qui ont rejoint la grève», CTT «a déterminé un taux effectif de 18,4% seulement jusqu'à 12:00 ce vendredi, en dessous de la participation enregistrée dans la grève. 29 mai, sans impact significatif sur l'activité de l'entreprise et sans impact sur les clients ».

La distribution postale "continue d'être assurée aujourd'hui, car cet arrêt n'a eu aucun impact sur l'activité et le fonctionnement, et il n'y a eu aucune interruption du service aux clients", a déclaré CTT.

Concernant les magasins, «la grève n'a pas non plus affecté le service, puisque 100% des magasins CTT, soit 544 magasins sont ouverts», rapporte le Correios de Portugal.

La grève des travailleurs de CTT contre le paiement de l'indemnité de déjeuner sur la carte repas a commencé aujourd'hui à minuit dans les bureaux de poste.

La grève a été déclenchée par le SNTCT, SINDETELCO – Union démocratique des travailleurs des postes, télécommunications, médias et services, SITIC – Union indépendante des travailleurs de l'information et des communications, SINCOR – Union indépendante des bureaux de poste portugais, SINQUADROS – Union des Cadres de Comunicações de Communications, SINTTAV – Union nationale des travailleurs des télécommunications et de l'audiovisuel, SICOMP – Union des communications au Portugal, FENTCOP – Union nationale des transports, des communications et des travaux publics, SERS – Union des ingénieurs, SNEET – Union nationale des ingénieurs et SERS – Union des ingénieurs de Région Sud.

ALU // CSJ