Dans un communiqué, le Syndicat des travailleurs de l’aviation et des aéroports (Sitava) a critiqué la NAV, indiquant qu’« au lieu de s’efforcer de maintenir et d’améliorer la capacité technique de l’entreprise, garantissant ainsi son opérabilité, l’administration de la NAV, évoquant de fausses difficultés de recrutement , est là depuis des années, insistant sur la réduction des effectifs, notamment dans les métiers techniques les plus qualifiés ».

« Il est évident que cette attitude du CA [Conselho de Administração] pourrait remettre en cause précisément ce qui est, et doit continuer d’être, son objectif principal, la sécurité », a-t-il déploré, ajoutant que, « au nom de qui, qui sait, l’administration a maintenant découvert que l’idéal sera envoyé par-dessus bord travailleurs qualifiés dont il dispose, et achètent ces services en « externalisation » [subcontratação de serviços]», a déclaré Sitava.

Interrogée par Lusa, une source officielle de NAV a expliqué qu’en effet, « en décembre dernier, une prestation de service a été attribuée à une entreprise certifiée par l’Autorité nationale de l’aviation civile et opérant sur le marché dans d’autres infrastructures aéronautiques pour garantir la performance de la maintenance préventive . de systèmes et d’équipements dans les domaines des communications, de la navigation et de la surveillance existant dans la région d’information de vol de Santa Maria [Açores]pour une durée limitée, un an », et « cette acquisition a été présentée en temps opportun aux organisations syndicales et son objet a été précisé, dans le cadre d’un cadre de dialogue social permanent et productif, entre les organisations syndicales et la direction de l’entreprise ».

NAV a assuré que « le maintien de niveaux élevés de sécurité dans l’exploitation, chaque jour et chaque heure, qu’un ou mille avions soient en l’air, ne peut même pas être envisagé et n’a jamais été compromis en aucune circonstance » . La société en question, comme l’a indiqué Sitava à Lusa, est Telescan.

« Nous ne pouvons même pas le comprendre, surtout quand ils accusent l’entreprise d' »envoyer des travailleurs hautement qualifiés par-dessus bord », ce qui est complètement faux », a déclaré NAV.

Selon l’entreprise, « les seules réductions d’effectifs enregistrées étaient dues, uniquement et uniquement, aux départs à la retraite : si en janvier 2020 NAV comptait 968 salariés, en février de cette année ce nombre est de 938 », a-t-il précisé, admettant toutefois, que « le fort stress de trésorerie auquel NAV a été soumise, avec la baisse soudaine et inattendue de ses revenus », en raison de l’arrêt de l’activité des compagnies aériennes qui versent des redevances à la compagnie, pendant la pandémie, « implique la nécessité de s’ajuster sur temps certaines mesures de gestion, à savoir l’admission de nouveaux travailleurs prévue dans le plan d’affaires et dans le plan prévisionnel des ressources humaines respectif »

« Pourtant, dans l’année en cours de 2022, il était déjà possible d’envisager dans les instruments de gestion prévisionnelle l’admission de 50 nouveaux travailleurs : 24 nouveaux contrôleurs aériens, 10 nouveaux techniciens en télécommunications aéronautiques et 16 nouveaux travailleurs pour les domaines techniques et corporatifs. soutien de la société », a souligné la NAV. Des postes vacants pour les 24 contrôleurs aériens ont déjà été annoncés en 2020.

Sitava a également interrogé, dans la même note, « le gouvernement portugais, qui est intrinsèquement responsable en dernier ressort de l’entreprise », sur la connaissance de cette décision.

« Le gouvernement accepte-t-il que cette importante entreprise se vide de ses connaissances, les transférant à d’autres agents évidemment privés, qui auront certainement des objectifs commerciaux légitimes, mais qui ne coïncideront pas toujours avec l’intérêt public ? », a-t-il demandé.

« Pour tout cela et la gravité qu’une décision de cette nature entraînerait pour le pays et pour l’intérêt national, Sitava ne peut pas rester les bras croisés et demandera immédiatement des audiences au conseil d’administration de NAV Portugal, aux groupes parlementaires de l’Assemblée des République et M. ministre des tutelles », lit-on dans la même note.

ALYN // CSJ