« PAN Europe estime que la ministre Maria do Céu Antunes a, ces derniers jours, trompé le public sur la menace des pesticides. Les enfants portugais sont parmi les plus menacés au monde et l’utilisation de pesticides au Portugal a été parmi les plus élevées d’Europe, selon des autorités extérieures », déclare l’organisation « Pesticide Action Network », dans un communiqué envoyé à Lusa.

Lundi dernier, PAN Europe a publié une étude sur les fruits frais en Europe, pour 2019, dans laquelle les pommes et les poires cultivées au Portugal seraient parmi les fruits contenant la plus grande quantité de pesticides dangereux.

Dans l’analyse alors publiée, 85 % des poires portugaises testées et 58 % de toutes les pommes testées se sont révélées contaminées par des pesticides dangereux.

Le lendemain à Bruxelles, le ministre de l’Agriculture a estimé que l’étude avait des enjeux « très étranges » et a garanti que le Portugal avait une sécurité alimentaire « d’excellence ».

C’est une étude, a déclaré Maria do Céu Antunes, qui semble « alarmiste », et a assuré que les pesticides sont appliqués conformément à la loi.

Jeudi dernier, le ministre a de nouveau dévalué les résultats de l’étude « non scientifique », avec des données « sorties de leur contexte », et a déclaré que les fruits portugais sont conformes à la législation de l’UE, et que les pesticides interdits ne sont pas utilisés dans le pays.

Dans une note envoyée à Lusa au sujet des déclarations du ministre, ainsi que des commentaires de la Confédération des agriculteurs du Portugal (CAP) et de la Direction générale de l’alimentation et de la médecine vétérinaire (DGAV), PAN Europe affirme qu’il est « faux » que le Portugal n’utilise pas de pesticides.

« Le ministre affirme que seuls les pesticides approuvés par l’Union européenne peuvent être utilisés au Portugal. C’est faux. Le Portugal permet (accorde des dérogations) aux agriculteurs d’utiliser des pesticides hautement toxiques qui ne sont pas approuvés dans l’Union européenne.

Il ajoute que « le 1,3-dichloropropène et la chloropicrine sont des exemples » de substances utilisées en agriculture très intensive.

PAN Europe se demande également pourquoi le ministre a trouvé le rapport « très étrange », car il est basé sur des données officielles du gouvernement.

Les autorités testent depuis des années les fruits et légumes pour détecter les résidus de 55 produits chimiques utilisés dans les pesticides les plus toxiques, et le ministre doit savoir que depuis 2011, le gouvernement est obligé d’éliminer davantage de pesticides toxiques lorsque des alternatives existent.

« Des alternatives existent, mais le gouvernement portugais n’a pas agi. La conséquence est que les résidus sont de plus en plus présents dans les fruits et légumes », explique l’organisation, mentionnant également que le gouvernement portugais ne peut pas minimiser « l’effet cocktail » de l’interaction des substances, les rendant plus toxiques.

PAN Europe affirme également que bon nombre des 55 produits chimiques ont un impact sur le système endocrinien humain, pouvant même entraîner des malformations infantiles, et ajoute : « Les enfants portugais sont parmi les plus menacés par les pesticides dans le monde, selon l’UNICEF ».

Dans le communiqué, PAN Europe déclare également : « En sous-estimant le risque des pesticides et en ne réduisant pas les résidus dans les aliments, le ministre néglige la protection des consommateurs et de l’environnement ».

Le Pesticide Action Network (PAN), un réseau de plus de 600 organisations non gouvernementales, institutions et personnes de plus de 60 pays qui cherche à minimiser les effets négatifs des pesticides dangereux et à les remplacer par des alternatives respectueuses de l’environnement et socialement justes.

FP (ACC) // HB