« Compte tenu de la situation rendue publique concernant le comportement du ministre de la Défense, le groupe parlementaire PSD souhaite l’entendre de toute urgence au sein de la commission parlementaire de la Défense nationale », a déclaré le président du groupe social-démocrate, Adão Silva, dit à Lusa.

Adão Silva distingue, dans cette affaire « très grave », la question judiciaire, qui suit une voie criminelle, de la question du « comportement interinstitutionnel » du ministre de la Défense João Gomes Cravinho : « Ce comportement est totalement inacceptable, ce qui révèle une étrange méfiance du ministre vis-à-vis du Premier ministre et vis-à-vis du Président de la République, qui n’est que le commandant suprême des Forces armées ».

« En omettant des informations d’une telle importance et responsabilité, qu’il a fournies aux Nations Unies, il nous a laissé une immense perplexité, car le ministre de la Défense nationale a eu un comportement déloyal envers le Premier ministre et envers le Président de la République, qu’il y avait aucune communication par rapport à cette situation très complexe et délicate », a affirmé le président de la formation PSD.

Pour Adão Silva, en n’informant pas le président de la République, Marcelo Rebelo de Sousa, et le premier ministre, António Costa, de l’enquête judiciaire sur le trafic de diamants, d’or et de drogue, Gomes Cravinho « a eu une énième manifestation de son comportement et étrange, comme cela s’est produit dans le passé », rappelant la question de la direction de la marine et les dépenses liées à la reconstruction de l’hôpital das Forças Armadas.

« Cela donne aux Portugais une insécurité et un malaise immenses et véhicule l’idée que ce ministre de la Défense ne fait rien là-bas, car il ne se comporte pas comme un ministre dans un domaine d’une telle sensibilité », a-t-il déclaré.

Le leader de la formation PSD refuse pour l’instant d’appeler à la démission du ministre, en attendant que ses explications soient données au parlement.

« Nous verrons après la réunion de la commission si le ministre nous donnera des informations satisfaisantes, si au contraire, encore une fois, comme nous pensons que cela a pu arriver, il s’est comporté de manière erratique. Le PSD n’hésitera pas à dire que le ministre est trop, mais le premier ministre est responsable », a soutenu Adão Silva.

Le PSD, qui officialisera ce matin la demande d’audition de Gomes Cravinho, veut savoir « ce qui s’est passé dans la communication, ou non, aux organes souverains de l’Etat », comme ce fut le cas avec « le circuit de communication » et  » quelle a été la ligne qui t’a guidé dans tout ça ».

« Nous sommes fatigués de voir ce ministre de la Défense commettre bévues sur bévues, à chaque coup son ver, chaque coup sa bévue », a souligné Adão Silva.