Le secrétaire général adjoint du PS a jugé aujourd’hui « incompréhensible » que le « seul parti qui a voté en faveur » du budget de l’Etat soit tenu pour responsable de la tête, soulignant qu’un effort « sérieux, rigoureux » a été fait pour le faire viable.

« C’est incompréhensible quand il y a ceux qui veulent tenir le seul parti qui a voté en faveur du budget de l’Etat responsable de la conduite du budget de l’Etat [OE]», a déclaré José Luís Carneiro.

Le leader socialiste a pris la parole aujourd’hui à l’ouverture du VIIIe Congrès de la tendance syndicale socialiste de l’UGT, à Lisbonne.

« Un effort a été fait que je pense que tout le monde reconnaît être un effort sérieux et rigoureux, jusqu’à la dernière minute, jusqu’au samedi précédant le début du débat au Parlement », s’est-il défendu fin octobre, soulignant que le Le PS est allé « encore plus loin » pour rendre le Budget viable.

Dans son discours, José Luís Carneiro a également souligné que le PS et le gouvernement ont fait « un effort immense, un effort véritable, authentique, vrai » et de « bonne foi » pour présenter un OS pour 2022 qui « correspond aux objectifs de croissance économique dans le pays, l’allègement des familles par la fiscalité » et la valorisation des investissements publics, par exemple, en termes de valorisation du Service National de Santé, d’éducation, de transport ou de mobilité.

Et il critiquait « quiconque tentait de placer la discussion en dehors de l’OE, en marge de l’OE ».

Le secrétaire général adjoint a mis en exergue les propositions de rémunération des heures supplémentaires, « lutte contre la précarité et l’informalité des relations de travail », « l’arbitrage obligatoire avant la fin de la confiscation », mais aussi la proposition de « suspendre ‘sine die’ la confiscation du travail collectif les accords ».

José Luís Carneiro a défendu que cette dernière était un « pas que même les syndicalistes les plus volontaristes ne croiraient pas possible de franchir par rapport à l’effort de négociation qui a été fait ».

En matière de relèvement du salaire minimum national, le socialiste a prôné que l’augmentation progressive à 850 euros jusqu’en 2025 était « la proposition la plus durable », et une approche « constructive et sérieuse ».

Le socialiste a également déclaré que, depuis qu’António Costa est Premier ministre, le Portugal a réussi à « démontrer au monde et à l’Union européenne qu’il était possible de garantir des niveaux élevés de compétitivité économique sur les marchés internationaux, de continuer à augmenter les exportations, de continuer à attirer investissements directs de l’étranger », et en même temps de valoriser « la politique salariale, les conditions et la dignité des travailleurs ».

Dès lors, il était convaincu que les Portugais « savent bien quel parti au Portugal représente cet équilibre » entre « croissance économique et justice sociale ».

La proposition de budget de l’État 2022 a été généralement rejetée, le PSD, BE, PCP, CDS-PP, PEV, Chega et IL votant contre.

Le PS a été le seul parti à voter en faveur du projet de budget, qui méritait les abstentions du PAN et des deux députés non inscrits, Joacine Katar Moreira et Cristina Rodrigues.

En conséquence, le Président de la République a annoncé la dissolution de l’Assemblée de la République et programmé des élections législatives anticipées pour le 30 janvier.

Dans son discours au Congrès de tendance Union socialiste UGT, le secrétaire général adjoint du PS a remercié l’actuel secrétaire général du TSS/UGT, Carlos Silva, pour « tout le travail et la coopération ».

Et il a également rappelé Rui Oliveira e Costa, ancien dirigeant de l’UGT décédé mardi, à l’âge de 73 ans, des suites d’une maladie prolongée.

Rui Oliveira e Costa était un « leader important de cette maison, qui s’est battu toute sa vie pour une société de progrès, d’équilibre entre une économie plus compétitive et la défense des droits sociaux fondamentaux », ayant également été « une voix politique qui a toujours a cherché à construire des ponts et à dialoguer », a souligné José Luís Carneiro.