« Avec la disparition du professeur José Marques, l’historiographie portugaise perd l’un de ses médiévistes les plus distingués, auteur d’un vaste ouvrage dont le territoire de prédilection est l’archidiocèse de Braga et les régions de Minho et Trás-os-Montes », lit-on dans une note par Marcelo Rebelo de Sousa, publié sur le site Internet de la Présidence de la République.

«Historien de renommée nationale et internationale, vice-président du Comité de paléographie latine de l’UNESCO, membre de l’Académie portugaise d’histoire», José Marques «était aussi un prêtre distingué de l’archidiocèse de Braga, respecté de tous comme un exemple d’homme de science et la foi », ajoute la note.

José Marques est né le 12 août 1937 à Roussas, dans la commune de Melgaço, dans le Minho. Il a étudié au séminaire de l’archidiocèse de Braga, après avoir été ordonné prêtre en 1961, et placé au séminaire conciliaire, où il est resté jusqu’en 1970.

En 1974, il est diplômé en Histoire de la Faculté des Arts de l’Université de Porto, et a poursuivi ses études de Bibliothécaire-Archiviste, à la Faculté des Arts de l’Université de Coimbra, dans laquelle il s’est spécialisé.

Il a présenté une thèse de doctorat, en 1982, sur «L’Archidiocèse de Braga au XVe siècle», à la Faculté des Arts de l’Université de Porto, où il était professeur ordinaire.

José Marques a collaboré avec les universités de Coimbra, Açores, Católica Portuguesa, Fluminense de Niterói, au Brésil, et avec l’Université de Louvain-la-Neuve, en Belgique.

Il a été directeur de la Faculté des Arts de l’Université de Porto (1982-1985) et coordinateur, de 1984 à 1998, de la «Revista da Faculdade de Letras», dans la série Histoire, Philosophie et Langues et Littérature modernes.

Membre depuis 1983 de l’Académie portugaise d’histoire, il a été vice-président de l’Instituto Galaico-Minhoto, dont il a été l’un des fondateurs en 1982.

Il a été partenaire correspondant de la Real Academia de la Historia de Madrid, des sociétés portugaises d’études médiévales, dont il a été partenaire fondateur, en 1985, et de l’espagnol, de l’Institut historique et géographique brésilien, de la Commission internationale de Diplomatique, ayant été son vice-président en 2008, et le Comité international de Paléographie Latine, UNESCO (Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture), depuis 1989.

Ses recherches scientifiques portaient essentiellement sur la période de l’histoire médiévale portugaise, dans le cadre chronologique jusqu’au XVe siècle et dans le contexte géographique de l’archidiocèse de Braga (territoires du Minho et Trás-os-Montes).

NS (NL) // LFS