1-1-e1669908198824-png

Table des matières

Le président du Brésil critique l'appareil détenu par l'aide d'un ancien fils

Le président du Brésil a critiqué jeudi l'appareil carcéral de Fabrício Queiroz, ancien assistant de l'un de ses fils, et a déclaré qu '"ils semblaient arrêter le plus grand criminel" du monde.

«Je précise très clairement que je ne suis pas avocat de Queiroz et que je ne suis pas impliqué dans ce processus. Mais Queiroz n'était pas en fuite et il n'y avait pas de mandat pour son arrestation (…) On aurait dit qu'ils arrêtaient le plus gros voyou au monde », a critiqué Jair Bolsonaro, dans une vidéo en direct diffusée sur le réseau social Facebook.

«Queiroz doit déjà être assisté par l'avocat, et que le juge devrait suivre son chemin. (…) Je pense que s'il avait été invité à participer n'importe où, il l'aurait fait. Et pourquoi était-il là, à São Paulo? Parce qu'il est proche de l'hôpital où il soigne le cancer », justifie Bolsonaro, dans la première réaction à l'arrestation de l'ancien assistant.

Jeudi matin, la police a détenu à titre préventif Fabrício Queiroz, ancien collaborateur de Flávio Bolsonaro, fils du président du Brésil, dans le cadre d'une enquête sur les transactions financières et le détournement de fonds publics.

Queiroz a été détenu dans la ville d'Atibaia, située à l'intérieur de l'État de São Paulo. L'épouse de l'ex-assistant a également été emprisonnée, mais n'a pas encore été retrouvée.

Le suspect se trouvait dans une propriété appartenant à l'avocat Frederick Wasseff, qui travaille pour la famille Bolsonaro, et a ensuite été transporté dans une prison à l'ouest de Rio de Janeiro.

Pour des raisons de sécurité et en raison de la pandémie du nouveau coronavirus, Queiroz passera 14 jours en isolement social à la prison, a fait savoir la presse brésilienne.

Le ministère public de Rio de Janeiro (MPRJ) a indiqué qu'un présumé régime illégal était impliqué, dans lequel des employés du bureau de Flávio Bolsonaro ont été contraints de reverser une partie des salaires au fils du président, alors qu'il occupait toujours le poste de député d'État (2003- 2019), à l'Assemblée législative de Rio de Janeiro (Alerj).

Cette pratique illicite est connue au Brésil sous le nom de «rachadinha».

Selon les enquêtes, Queiroz est nommé bras droit de Flávio Bolsonaro et responsable de la collecte de l'argent auprès des responsables du cabinet.

L'enquête a commencé après qu'un rapport de l'ancien Conseil de contrôle des activités financières (Coaf), un organisme actuellement lié à la Banque centrale du pays, a détecté des mouvements financiers atypiques dans les comptes bancaires de Fabrício Queiroz fin 2018.

Les mouvements d'argent au-dessus des revenus de l'ancien conseiller ont également retenu l'attention car ils se sont produits par le biais de dépôts et de retraits en espèces, à des dates proches du paiement des salariés d'Alerj.

Dans la décision du juge Flávio Itabaiana, qui a autorisé l'arrestation de Fabrício Queiroz, l'influence de l'ancien conseiller sur les miliciens à Rio de Janeiro a également été mentionnée, selon le portail d'informations G1.

Flávio Bolsonaro fait également l'objet d'une enquête dans cette affaire pour détournement de fonds, blanchiment d'argent et organisation criminelle, selon le ministère public.

Le fils du président brésilien, actuellement sénateur à la chambre haute du Congrès brésilien, a nié toutes les accusations.

Après l'arrestation de Queiroz, la presse brésilienne a rapporté qu'il s'agissait de la fille d'Olavo de Carvalho, philosophe autoproclamé et idéologue de la famille Bolsonaro, l'une des premières personnes à dénoncer le sort de l'ancien conseiller.

Heloísa de Carvalho, qui a une relation conflictuelle avec son père, le «gourou» de Bolsonaro, ainsi que le «blogueur» Bruno Maia ont utilisé les réseaux sociaux, il y a environ un mois, pour partager l'emplacement de Queiroz.

MYMM (CYR) // EJ

Articles récents