38028123_wm-5035418-7233572-jpg

S’adressant à Lusa, Menezes Leitão a souligné qu’il n’était pas surpris par cette opération, notant que la Commission des droits de l’homme de l’Ordre des avocats (CDHOA) avait déjà identifié « des situations très graves d’exploitation de travailleurs migrants » depuis qu’il a été connu en 2021 l’affaire d’Odemira, où de nombreux citoyens étrangers vivaient et travaillaient dans des conditions misérables.

« Il est très important que l’État intervienne, non seulement au niveau de la répression policière, mais à un niveau préventif pour empêcher que ces choses ne se produisent. Nous pensons que l’État a beaucoup échoué, car le Service des étrangers et des frontières [SEF] a été éteint, on ne sait toujours pas ce qui existe en termes de coordination policière concernant ces situations d’immigration et nous avons toujours le cas que l’État lui-même a autorisé ces complexes agricoles », a-t-il déclaré.

Dénonçant une « situation très grave en matière de droits de l’homme » et son aggravation ces derniers temps, le président des avocats a garanti que le CDHOA a fourni une assistance juridique aux victimes et critiqué le plan d’extinction du SEF sans une définition claire et opportune des enjeux d’accueil des migrants .

« Il leur faudrait immédiatement avoir une solution alternative : ce n’était pas de décréter l’extinction et de laisser tout ce processus sans surveillance. Cela semble pire qu’il n’existait auparavant. Ce que nous constatons actuellement, c’est un très grand manque de contrôle dans le contrôle des flux migratoires, où des cas de traite des êtres humains ont lieu. Il faudrait une plus grande intervention de l’État dans ce domaine », a-t-il défendu.

Au moment où la question des droits de l’homme est à l’ordre du jour, à la suite de la Coupe du monde au Qatar, qui a soulevé des protestations dans plusieurs pays, Menezes Leitão a souligné que la situation n’est pas comparable à celle du Portugal, mais a admis que le pays doit aussi « mettre la main sur sa conscience » face à ces cas d’asservissement des travailleurs migrants.

« La Coupe du monde ne doit pas être utilisée pour blanchir ce type de régime », a-t-il dit, ajoutant : « En tout cas, nous n’en sommes pas exempts et nous devons montrer l’exemple au monde. Je crains que ce type de nouvelles ne nous fasse mal paraître au niveau international et finisse par embarrasser l’image du Portugal. Ces choses ne peuvent pas arriver dans notre pays ».

La PJ a effectué aujourd’hui 65 perquisitions domiciliaires et non domestiques et arrêté 35 personnes appartenant à un réseau criminel qui a embauché des travailleurs étrangers pour l’agriculture dans le Baixo Alentejo, a confirmé une source policière à Lusa. Selon la même source, ce réseau était constitué d’étrangers, à savoir des familles roumaines, et de quelques Portugais qui leur apportaient leur soutien.

JGO (CC) // ZO