Le président du Brésil, Jair Bolsonaro, a critiqué aujourd'hui les enquêtes judiciaires contre les parlementaires qui sont ses alliés et qui ont été la cible des opérations de police mardi, estimant qu'il est temps de tout remettre «à sa place».

«Ils (les juges de la Cour suprême) abusent. Ce sont (a) des yeux vus. Ce qui s'est passé hier (mardi), brisant les secrets des parlementaires, n'a pas d'histoire (comme celle-ci) vue dans une démocratie, si fragile soit-elle. Il est donc temps que tout soit mis en place », a déclaré Bolsonaro aux supporters du Palácio da Alvorada, sa résidence officielle à Brasilia.

«Le moment est venu pour nous de frapper le Brésil sur la voie de la prospérité. Et tout le monde, sans exception, comprend ce qu'est la démocratie. La démocratie n'est pas ce que je veux, ce que vous voulez, ce qu'un autre pouvoir veut. Le moment vient, restez calme », a déclaré le président brésilien.

Mardi, la police brésilienne a exécuté des mandats de perquisition et de saisie au domicile des alliés du président, tels que déterminés par le juge de la Cour suprême brésilienne (STF) Alexandre de Moraes, afin de recueillir des preuves éventuelles sur l'organisation de manifestations anti-démocratiques et leur financement respectif. .

Le juge a également ordonné la levée du secret bancaire de 11 parlementaires alliés du président du Brésil, dans le cadre d'une enquête sur le financement d'actes antidémocratiques.

La plupart des parlementaires ayant levé le secret bancaire sont affiliés au Parti social-libéral (PSL), une formation politique par laquelle Bolsonaro a été élu président, mais qu'il a abandonné à la fin de l'année dernière.

Mardi également, le juge du STF, Celso de Mello, a souligné l'existence d'un «résidu d'un fort autoritarisme» au sein de l'appareil d'État brésilien.

«Il est inconcevable qu'un résidu d'un fort autoritarisme subsiste au sein de l'appareil d'État brésilien, qui insiste pour proclamer qu'il peut manquer de respect, selon sa propre volonté arbitraire, aux décisions judiciaires. (…) Ce discours ne sera jamais celui d'un homme d'État, car les hommes d'État respectent l'ordre démocratique et se soumettent, sans condition, à l'empire de la Constitution et des lois de la République », a déclaré le magistrat, sans mentionner Bolsonaro.

La relation entre l'exécutif et la Cour suprême a été marquée, ces dernières semaines, par des épisodes de tension.

La plus haute instance judiciaire brésilienne analyse deux enquêtes qui enquêtent sur la propagation de fausses nouvelles et de menaces aux juges par des partisans de Bolsonaro, ainsi que sur l'organisation d'actes antidémocratiques par les alliés du président, qui demandent la fermeture de la Cour suprême du Congrès. et intervention militaire dans le pays.

Cependant, Bolsonaro a nié la présence de tout autoritarisme au sein du gouvernement, justifiant que l'exécutif est gouverné par le conservatisme.

«Ce que les opposants qualifient d’autoritarisme de la part du gouvernement et de ses partisans n’est rien de plus que des positions alignées sur les valeurs de notre peuple, qui est, pour la plupart, conservateur. La tentative d'exclure cette pensée du débat public est qu'en fait, elle est autoritaire », a écrit Bolsonaro sur les réseaux sociaux Twitter, Facebook et Instagram, mardi.

«J'ai du mal à faire ma part, mais je ne peux pas regarder en silence tant que les droits sont violés et que les idées sont poursuivies. Par conséquent, je prendrai toutes les mesures juridiques possibles pour protéger la Constitution et la liberté des Brésiliens », a écrit le président.

«Il ne peut y avoir de démocratie que lorsque le peuple est respecté, où les gouvernés choisissent qui les gouvernera et où les libertés fondamentales sont protégées. Ce sont les gens qui légitiment les institutions, et non l'inverse. C'est ça la démocratie », a-t-il ajouté.

Fin mai, d'autres alliés du chef de l'Etat ont également fait l'objet de mandats de perquisition et de saisie dans une opération policière, ordonnée par le juge du STF, Alexandre de Moraes, soupçonné d'avoir diffusé de fausses nouvelles sur les réseaux sociaux.

À cette occasion, Jair Bolsonaro a qualifié la décision d’atteinte à la liberté d’expression, déclarant que «vouloir criminaliser les crimes de haine est un moyen de censurer les« médias »sociaux».

CYR (MYMM) // VM