Le Président de la République d'Angola, João Lourenço, a demandé aujourd'hui à l'Assemblée nationale de revoir des articles spécifiques du Code de procédure pénale, liés aux crimes commis dans l'exercice de fonctions publiques.

Selon une note de la présidence, le chef de l'Etat a reçu la loi du nouveau Code de procédure pénale pour promulgation il y a quelques jours et a adressé aujourd'hui au président de l'Assemblée nationale, Fernando da Piedade Santos «Nandó», une lettre pour partager «réflexions et préoccupations» sur le diplôme, demandant une révision de certaines des dispositions.

Les questions soulevées par le directeur général angolais sont liées aux «valeurs de probité dans l'exercice des fonctions publiques et à l'engagement national à prévenir et combattre la corruption».

João Lourenço a estimé que la perspective présentée par le nouveau Code de procédure pénale "pourrait ne pas être conforme à la vision actuelle et véhiculer un message équivoque concernant les crimes commis dans l'exercice de fonctions publiques".

Les «articles 357 et suivants, en particulier les délits de participation économique aux affaires, le trafic d'influence et la corruption dans le secteur politique», qui, bien qu'ils obéissent aux orientations générales de la réforme de la politique pénale, tendent paradoxalement à instaurer des sanctions moins lourdes que celles prévues par le Code pénal toujours en vigueur ».

Dans la lettre adressée à << Nandó >>, le Président angolais a fait valoir que << la prévention du crime et la défense préventive de valeurs sociales élevées >> exigent qu'un message clair de l'engagement de l'État angolais soit transmis à la société en général, des fonctionnaires et de chacun de ses citoyens avec la lutte contre la corruption, l'impunité et autres manifestations illégales qui intègrent le concept de «crime en col blanc» ».

Un autre domaine dans lequel le chef de l'Etat a demandé la révision du code de procédure pénale est celui de l'environnement, João Lourenço défendant l'introduction d'une approche «suffisamment inhibitrice» des crimes correspondants.

La lettre, citée dans la note de la présidence, disait que «la défense de l'environnement – de plus en plus importante et nécessaire pour le présent et l'avenir de la planète, tant pour les êtres humains que pour les autres espèces – pourrait également mériter davantage de traitement. équilibré entre la dimension du dommage, dans la plupart des cas collective, la responsabilité de l'agent et le potentiel de réparation ».

Cette approche, a-t-il fait valoir, est mieux adaptée aux objectifs recherchés par l'Accord de Paris, "que l'Angola s'apprête à accepter dans son ordre juridique, et à la dynamique internationale en la matière".

Le nouveau Code de procédure pénale, qui a remplacé l'actuelle période coloniale portugaise, a été approuvé le 22 juillet par 196 voix pour, les députés saluant le pas vers la consolidation démocratique.

La loi qui approuve le Code de procédure pénale a été discutée pendant plus de 13 mois dans les commissions spécialisées du parlement angolais entre députés et membres de la Commission angolaise de réforme du droit et de la justice.

RCR (DYAS) // LFS