Une réponse, a-t-il dit, qui a un gouvernement complet à ce jour, "des bonnes personnes, choisies avec un sens du patriotisme et du nationalisme" pour contribuer au développement national.

Taur Matan Ruak s'exprimait au Palais présidentiel de Dili où, aujourd'hui, le chef de l'État, Francisco Guterres Lu-Olo, a installé 19 nouveaux membres du VIII gouvernement constitutionnel, qui est ainsi achevé, pour la première fois depuis le début de son mandat, il y a deux ans .

Avec l'inauguration d'aujourd'hui, le gouvernement compte au total 43 personnes, dont trois assument plus d'un portefeuille, dont le Premier ministre, Taur Matan Ruak, qui est en charge de l'intérieur.

La liste des nouveaux membres est dominée par l'entrée du Front révolutionnaire du Timor-Leste indépendant (Fretilin) ​​dans l'exécutif, mais elle comprend également de nouveaux éléments des autres partis au sein du gouvernement, du Parti de la libération populaire (PLP) et de l'unité nationale de Kmanek Haburas Timor Oan (KHUNTO) , en particulier ce dernier.

Rappelant que la prise d'aujourd'hui "a mis fin au processus de formation du VIIIe gouvernement constitutionnel", Taur Matan Ruak a déclaré que l'exécutif avait "certains des meilleurs enfants du Timor-Leste", déterminé à "développer le pays et à sauver la confiance et l'espoir du peuple timorais ».

«Les défis sont énormes, mais si nous avons la confiance, la force d'esprit et la ferme volonté de gagner, nous atteindrons les objectifs des promesses transmises par les gouvernements successifs de transformer le Timor-Leste en un pays riche, fort et sûr, capable de réaliser la modernité et la prospérité », a-t-il déclaré.

"Un pays qui à l'heure actuelle, comme par le passé, ne se conforme pas ou ne désespère pas face à l'adversité, mais qui fait face avec optimisme et détermination, aux graves défis imposés par les catastrophes, les catastrophes naturelles et la pandémie actuelle de la covid-19", m'a dit.

Taur Matan Ruak a défendu que le gouvernement doit être "proche des citoyens", à la fois pour comprendre la réalité de leur vie, et pour répondre "de toute urgence, avec clarté et vision, à leurs attentes et aux défis qui se posent".

«Il est donc essentiel de mobiliser les volontés institutionnelles, de faire appel à toute notre sagesse et notre intelligence car je crois en l'engagement et la capacité du peuple timorais à réaliser notre avenir commun», a-t-il ajouté.

Le chef du gouvernement a expliqué que «bientôt» une nouvelle proposition de budget général de l'État (OGE) pour 2020 sera présentée – la première a échoué en janvier – afin que le pays puisse continuer à «investir à bon rythme dans le bien-être des populations et dans les infrastructures fondamentales pour le développement du pays ».

"Nous mettons en œuvre des mesures en temps de crise économique et sociale au niveau mondial, visant à une certaine stabilisation et reprise économique du pays", a-t-il déclaré.

Selon le chef du gouvernement, "des mesures concrètes, mises en œuvre sur le terrain, ont déjà répondu et continueront de répondre, chaque fois que cela sera nécessaire, aux situations d'urgence, aux catastrophes naturelles et aux calamités publiques".

Il s'agit, a-t-il rappelé, de chercher à minimiser les impacts négatifs de la pandémie, mais aussi de récupérer et de réhabiliter les infrastructures endommagées par les récentes catastrophes naturelles qui ont frappé le pays.

ASP // VM