« Je pense qu’il faut gérer [o processo] de manière responsable et sincère. La frustration de nombreux pays des Balkans occidentaux est tout à fait juste [porque] lorsqu’il y a un pays qui, après 20 ans, ne remplit toujours pas les critères d’adhésion, ce n’est pas seulement la faute du pays, c’est aussi l’échec des institutions européennes qui n’ont pas su s’organiser pour soutenir ce pays afin de remplir les critères », a déclaré le chef du gouvernement, s’adressant à des journalistes portugais à Bruxelles, en marge d’un sommet européen à Bruxelles.

S’exprimant après que les dirigeants de l’UE ont approuvé l’attribution du statut de candidat à l’Ukraine, António Costa a insisté sur le fait que, « lorsqu’il y a des pays qui remplissent déjà tous les critères et qui sont bloqués dans l’avancement des négociations parce que leur processus de négociation est lié à un autre processus de négociation qui est bloqué pour des raisons de conflits bilatéraux entre pays, en retour, cette frustration existe ».

« Je comprends particulièrement la manière dont le Premier ministre albanais a exprimé sa frustration face à la façon dont son processus est bloqué, comme un effet indirect du processus nord-macédonien », a-t-il reconnu, après les critiques ironiques du chef du gouvernement albanais.

« Donc, ce que l’UE doit apprendre, c’est tirer les leçons de ses propres erreurs et, une fois de plus, j’insiste pour que tous ceux qui ont approuvé aujourd’hui le statut de pays candidat pour l’Ukraine et la Moldavie gardent à l’esprit cette amère leçon », a exhorté António Costa. .

Le Premier ministre portugais a donc demandé que « de nouveaux problèmes à venir » soient évités dans les nouvelles négociations, « en dotant l’Union, à la fois de la structure institutionnelle et budgétaire, pour pouvoir accueillir cet élargissement désormais projeté ».

L’Ukraine et la Moldavie ont rejoint aujourd’hui un groupe important de pays candidats à l’adhésion à l’UE, dont certains sont depuis longtemps dans la « file d’attente » pour entrer dans le bloc européen, sans aucun progrès ces dernières années.

Après le « feu vert » donné aujourd’hui par les 27 chefs d’État et de gouvernement de l’UE pour accorder le statut de pays candidats à Kiev et Chisinau, comme recommandé par la Commission européenne, l’Ukraine et la Moldavie rejoignent l’Albanie, la Macédoine du Nord, le Monténégro, la Serbie et la Turquie en tant que candidats, et « dépasser » le Kosovo et la Bosnie-Herzégovine, encore « candidats potentiels », alors que la Géorgie n’a reçu qu’une « perspective européenne ».

Ce matin, à son arrivée pour une réunion des dirigeants de l’UE et des pays des Balkans occidentaux qui a précédé le Conseil européen, le Premier ministre albanais a conseillé à l’Ukraine de « ne pas se laisser tromper » par les promesses d’adhésion, rappelant précisément le douloureux parcours du votre pays et d’autres dans la région.

« C’est bien que le statut soit donné [de país candidato à UE] à l’Ukraine, mais j’espère que le peuple ukrainien ne se fera pas d’illusions. La Macédoine du Nord est candidate depuis 17 ans, si je n’ai pas perdu le compte, et l’Albanie depuis huit ans, alors bienvenue en Ukraine », a ironisé Edi Rama.

Edi Rama n’a pas été perdu dans les comptes, puisque l’ex-République yougoslave de Macédoine a reçu le statut de pays candidat en 2005, et 17 ans plus tard, il attend toujours le début officiel des négociations, même après avoir déjà changé son nom en Macédoine du Nord, résoudre un différend avec la Grèce. Cela n’a guère servi, car ces dernières années, la Bulgarie a bloqué l’ouverture formelle des pourparlers, en raison de conflits linguistiques.

ANE/ACC/IG // JPS