Durant « trois jours dédiés aux héros de l’imaginaire musical », des conversations seront favorisées avec des écrivains et journalistes dédiés à la musique.

Le festival s’ouvre vendredi à 17h00 avec John Robb, « l’un des journalistes les plus charismatiques du punk et du post-punk britannique, leader des Membranes, activiste et responsable de ‘Louder than War’, et Richie Unterberger, un gardien de les mots qui gardent en vie les héros oubliés du rock’n’roll, dans les histoires derrière les disques et dans les personnalités derrière les chansons », a déclaré l’organisation dans un communiqué.

Le réalisateur, DJ et membre de Big Audio Dynamite Don Letts prend les rênes samedi à 18h.

Le même jour, à 19h00, vous pouvez entendre Vivien Goldman, journaliste pour le magazine NME (New Musical Express), éditeur de musique de reggae et de punk, auteur de « Revenge of the She-Punks », membre des Flying Lizards, professeur de reggae et de punk à l’université de New York et militante féministe.

Le dernier jour du festival, dimanche, commence avec Martin Aston, à 18h, qui partagera son expérience en tant que journaliste chez Mojo, Q et The Guardian, entre autres, et « dépisteur » au label et magasin londonien Rough Trade.

Aston est également l’auteur de livres sur Pulp, Björk, ayant également signé « Facing the Other Way: The Story of 4AD », sur le label qui a dévoilé des groupes comme Cocteau Twins et Dead Can Dance dans les années 1980, mettant plus tard Throwing Muses, Pixies et, dans les années 1990, des noms comme The Breeders et Red House Painters.

Il y a aussi de la place pour Simon Reynolds, « un écrivain et journaliste avec un travail vaste et diversifié publié sur divers styles musicaux et leur impact historique, social, politique, de genre, de classe sociale et de choix sexuel – du post-punk à ‘Rip it Up et Start Again’, glam dans ‘Shock and Awe’ et ‘Retromania’, sur le culte de la pop avec son propre passé.

Cité dans un communiqué, le commissaire du festival, Ricardo Salazar, souligne que « c’est l’occasion pour la ville de Porto de prendre contact avec certains des noms les plus charismatiques de la culture pop, qui rassemble des écrivains de renommée mondiale dans la critique musicale. « 

« Il y aura des conférences, des présentations, des débats et des interviews avec des journalistes et des écrivains dans le domaine de la musique, qui comprendront des références portugaises telles que Paulo Vinhas, Rui Miguel Abreu, Pedro João Santos et Lia Pereira », a-t-il déclaré.

En plus des conversations, une ‘after-party’ est prévue, samedi, à Maus Hábitos, avec de la musique en charge de certaines des personnes qui passent par le festival.

Le Festival international de la culture pop est organisé par Sister Ray et est cofinancé par Portugal 2020.

Les billets, qui peuvent être achetés sur Ticketline, sont à 40 euros pour les trois jours jusqu’à jeudi, et les jours de festival, ils coûtent 45 euros.

Les tickets journaliers peuvent être achetés pour 15 euros jusqu’au jeudi et 20 euros à partir du vendredi.

ILYD // MAG

Le contenu du premier festival international de la culture pop arrive à Porto ce week-end apparaît en premier à Visão.