Du Portugal, où il se trouve depuis le début de la nouvelle pandémie de coronavirus et à travers une vidéo sur les réseaux sociaux, le chef du PAIGC Domingos Simões Pereira a accusé Sissoco Embaló d'avoir augmenté le salaire mensuel du président de la République d'environ 30 000 $ à 100 000 $.

Simões Pereira a déclaré qu'il était inacceptable que la Guinée-Bissau, l'un des pays les plus pauvres du monde, voit son président gagner un salaire plus élevé que celui de son homologue aux États-Unis d'Amérique, qui a déclaré gagner environ 24 000 dollars par mois.

Dans la même vidéo, Domingos Simões Pereira a défendu que le Premier ministre de Guinée-Bissau perçoit un salaire mensuel équivalent à 60 mille dollars.

Embaló a profité des remarques faites aux journalistes aujourd'hui au palais de la présidence, où il a reçu le représentant du secrétaire général des Nations Unies en Guinée-Bissau, pour nier les accusations de Simões Pereira, avec qui il a contesté le second tour des dernières élections présidentielles, en décembre passé.

«Même le roi d'Arabie saoudite ne gagne pas ce montant», a noté Sissoco Embaló, pour souligner qu'il n'a pas l'intention d'entrer dans la polémique «avec son frère» Domingos Simões Pereira, mais qu'il appelle Sam Mamgwana, dans une référence ironique au chanteur de la République démocratique de Congo, basé en France.

«Je suis président de la République et je ne peux pas répondre à Sam Mamgwana, mon pauvre frère Domingos Simões Pereira», a-t-il déclaré.

Sissoco Embaló a déclaré qu'aucun chef d'État guinéen ne touchait un salaire mensuel supérieur à trois mille dollars, mais qu'il souhaiterait même disposer de ressources suffisantes pour payer au président de la République 100 mille dollars par mois.

Le chef de l'Etat a invité Domingos Simões Pereira à retourner dans le pays "pour prendre soin de son parti, en faisant une opposition constructive" et à se préparer à se présenter à de nouvelles élections présidentielles dans cinq ans, a-t-il déclaré.

Embalo a noté qu'il est déjà président de la Guinée-Bissau, élu par le peuple, et que la campagne politique est terminée, il invite donc tous les hommes politiques du pays à embrasser l'idée de la concorde nationale qu'il a lancée.

«Je suis un politicien préparé. Je n'ai jamais accepté une maison de bureau, la preuve en est qu'aujourd'hui encore je vis dans ma résidence personnelle et je conduis ma voiture privée », a-t-il déclaré.

Embaló a déclaré qu'il était "dommage" que la Guinée-Bissau soit un pays indépendant depuis environ 50 ans, mais qu'elle n'ait pas de routes.

Il a demandé aux Guinéens de lui donner un an de mandat pour construire au moins 200 kilomètres de routes pavées.

MB // PJA

Le contenu des relations publiques guinéennes nie qu'il gagne 100 000 dollars par mois, comme le dit le leader du PAIGC dans Vision.