La ministre de la Cohésion territoriale, Ana Abrunhosa, a désigné aujourd'hui la liaison Atlantique Lisbonne-Porto-Vigo comme la priorité portugaise pour le réseau à grande vitesse ibérique et a averti l'Espagne que le gouvernement portugais n'accepte pas une «solution imposée».

«Notre priorité n'est pas la connexion entre Madrid et Lisbonne. Parce que de Madrid à Lisbonne, nous allons en avion. Nous avons déjà une connexion. Notre priorité est certainement l'axe atlantique, Lisbonne, Porto et Vigo », a déclaré le ministre, à Vila Nova de Cerveira, dans le quartier de Viana do Castelo.

Ana Abrunhosa, qui s'exprimait lors des II Journées de l'amitié, promues par l'Eurocity Cerveira (Portugal) -Tomiño (Galice), a déclaré que la priorité portugaise était «claire» lorsque le gouvernement a présenté, jeudi, le Programme national d'investissement (PNI ) 2030.

Selon le ministre des Infrastructures, Pedro Nuno Santos, les objectifs du programme sont centrés, entre autres, sur la création d'une nouvelle ligne Porto-Vigo (Espagne) d'une durée d'une heure, ainsi que l'électrification du réseau jusqu'en 2030.

«La connexion à haut débit se fera au nord, par Vilar Formoso, très probablement. Ce que le gouvernement portugais ne veut pas, c'est que la solution soit imposée. C'est ce que nous avons transmis au sommet ibérique, et c'est très important », a déclaré Ana Abrunhosa.

Le ministre de la Cohésion territoriale, qui a clôturé le panel intitulé «Europe sans frontières: le rôle de la coopération transfrontalière dans la consolidation du projet européen», a déclaré que le gouvernement espagnol «a presque imposé» comme priorité pour la grande vitesse la connexion entre les deux capitales.

"En ce qui concerne le haut débit, le gouvernement du Royaume d'Espagne nous a mis dans une situation qui n'est pas facile quand il a presque imposé la liaison entre Madrid et Lisbonne, alors que nous n'avons pas Madrid-Lisbonne comme priorité", at-il souligné.

La déclaration du ministre portugais a reçu le soutien du président de la Junta de Galicia.

Alberto Feijóo, qui a également participé à ces voyages, via le «streaming», a appelé le gouvernement espagnol à ne pas commettre les mêmes «erreurs» sur l’autoroute, se référant aux autoroutes qui reliaient Meseta et qui ont mis une décennie pour atteindre la Cantabrie.

«C'est une erreur que nous ne pouvons plus commettre sur le chemin de fer maintenant. Il y a des pays et des États qui comprennent que l'important est d'unir les capitales. C'est une erreur », a déclaré Feijó.

Le président de la Junta de Galicia a défendu que pour la grande vitesse «ce qui est important pour le Portugal et pour l'Eurorégion est l'Atlantique».

«Nous sommes des lieux atlantiques, nous sommes des lieux fondamentaux pour l'Arc Atlantique. Nous devons parier, en tant qu'Européens, sur l'Atlantique. Je comprends qu'une autre partie des Espagnols doit miser sur la Méditerranée, mais nous parions clairement sur l'Atlantique », a-t-il renforcé.

Sur le programme de coopération Interreg V-A Espagne-Portugal (POCTEP), le ministre portugais a défendu «plus d'autonomie» pour les Groupements européens de cohésion territoriale (GECT) afin que les décisions sur les projets de coopération soient «décentralisées»

«Je dois avouer que j'étudie depuis longtemps le processus décisionnel des projets de coopération et que je ne les comprends toujours pas. Je les vois très complexes. J'étais déjà vice-président de la Commission de coordination et de développement régional (CCDR) du Centre et j'avais le domaine de coopération. De manière souhaitable, il est très important de décentraliser dans la décision des projets de coopération, car le Parque da Amizade, de la ville européenne de Cerveira-Tomiño, et d'autres, ne dépendrait certainement pas de la décision d'approuver Lisbonne ou Madrid », a-t-il déclaré.

Ana Abrunhosa a déclaré que si les projets «ont un sens pour les territoires, ce sont les territoires qui doivent décider, une fois les fonds de coopération contractés».

«Je voulais dire de manière très pragmatique et très frontale que c'est la perspective sur laquelle nous devons travailler. Avec une grande confiance avec les territoires, lors de la cession des ressources, et avec une décision beaucoup plus autonome tant en termes de fonds pour le prochain cadre communautaire que de fonds de coopération. Les territoires doivent avoir une parole beaucoup plus autonome et beaucoup plus décisive et ne pas demander à Lisbonne ou à Madrid », a-t-il renforcé.

Concernant les mesures décidées lors du dernier sommet portugais-espagnol, qui s'est tenu ce mois-ci à Guarda, il a déclaré que lors de la prochaine réunion des gouvernements des deux pays, deux mesures devront être mises en œuvre.

La figure du travailleur transfrontalier, pour faciliter la circulation de ces citoyens sans contraintes telles que celles vérifiées lorsque les frontières ont été imposées au début de la pandémie de covid-19, et le transfrontalier 11 qui permettra à l'usager d'accéder aux services d'urgence les plus proches, qu'ils soient Portugais ou espagnol.

ABC // MSP

Le contenu du Portugal veut une vitesse atlantique élevée et refuse la «solution imposée» par l'Espagne apparaît en premier à Visão.