Selon les données publiées par ILGA Europe, qui analyse et classe chaque année dans son Arco-Íris Map la situation juridique, sociale et politique des personnes lesbiennes, gays, bisexuelles, trans et intersexuées (LGBTI) dans 49 pays européens, le Portugal est tombé de la De la 4e place à la 9e place en 2021.

L’initiative sert à marquer la Journée internationale et nationale de lutte contre l’homophobie, la transphobie et la biphobie, célébrée le 17 mai, et démontre que des étapes importantes ont été franchies en faveur des droits des personnes LGBTI dans plusieurs pays.

« Au contraire, certains pays qui menaient autrefois les droits LGBTI+ descendent l’échelle, comme c’est le cas avec le Portugal, tandis que d’autres risquent de suivre le précédent des pays où les droits LGBTI+ sont instrumentalisés à des fins politiques », dit-il. ILGA Portugal, en réaction aux données désormais connues.

Le Portugal atteint 62% (sur 100%) au total, atteignant le score maximum en termes d’espace public – sur lequel il est mentionné que les militants LGBTI ne sont pas en danger, qu’il n’y a pas de limites à la liberté d’expression ou que les associations peuvent travailler sans aucune obstruction par l’État – et le score le plus bas (33%) sur l’asile.

Sur cette question spécifique, ILGA Europe déclare que le Portugal a besoin de politiques publiques et d’autres mesures en matière d’asile qui « contiennent une référence expresse à toutes les orientations sexuelles, identités de genre, expression de genre et caractéristiques sexuelles ».

ILGA Europe fait également d’autres recommandations au Portugal pour que la situation des personnes LGBTI s’améliore, à savoir la fin des thérapies dites de reconversion en matière d’orientation sexuelle et d’identité de genre, ou la clarification de l’interdiction légale des mutilations génitales intersexuées.

Concernant cette dernière question, ILGA Europe suggère « de mettre en œuvre des politiques qui établissent des règles claires pour le consentement éclairé et garantissent l’effet escompté de protection des personnes intersexuées contre les interventions sans leur consentement personnel ».

Pour ILGA Portugal, la baisse de cinq places dans le « classement » est directement liée au fait que le plan d’action du gouvernement pour lutter contre la discrimination fondée sur l’orientation sexuelle, l’identité et l’expression de genre (2018-2021) et les suivants n’ont pas encore été été publié.

« Dans un contexte actuel où la violence et les discours homophobes et transphobes progressent dans tous les milieux, y compris au Portugal, il est urgent dans cette législature d’investir dans des réponses et des politiques publiques spécifiques pour les personnes LGBTI+ », défend le président d’ILGA Portugal dans un communiqué. . .

Pour Ana Aresta, le pays « ne peut pas rester en sommeil en matière de protection des droits de l’homme, encore moins descendre dans les classements en raison de l’absence de plans gouvernementaux ou de stratégies d’action directe dans la réponse encore fragile de l’État et des pouvoirs publics ». prestations de service ».

Pour ILGA Portugal, la carte ILGA Europe et l’indice annuel « identifient les avancées en matière de droits LGBTI+ dans plusieurs pays – à savoir le Danemark, l’Islande, la Grèce, la Lettonie, la Lituanie, la Serbie, la Slovaquie et la Slovénie – alors que la démocratie en Europe est soumise à une pression croissante ».

L’organisation portugaise souligne que « les conclusions de cette année sont considérées comme un contraste « bienvenu » avec celles de la carte 2021, qui a identifié une stagnation complète des droits et de l’égalité LGBTI+ à travers l’Europe » et donne en exemple le cas du Danemark, qui « a sauté sept places pour atteindre la deuxième place du classement 2022 », grâce à la lutte contre les discriminations dans la législation, y compris l’orientation sexuelle, l’identité de genre, l’expression de genre et les caractéristiques sexuelles comme facteurs aggravants des crimes de haine.

La Rainbow Map est présentée chaque mois de mai depuis 2009 pour marquer la journée contre l’homo/trans/biphobie et le classement classe les 49 pays européens sur une échelle de 0% à 100%, entre violations graves des droits de l’homme et respect des droits de l’homme et pleine égalité.

SV // JMR