Le Portugal et l’Espagne se sont mis d’accord ce jeudi sur le développement conjoint de projets dans les domaines de l’automobile, de l’énergie, des technologies spatiales et des infrastructures numériques, avec des fonds des plans de relance et de résilience (PRR) respectifs.

« C’est une opportunité extraordinaire pour la transformation structurelle de nos économies et de nos sociétés et il n’était pas concevable pour nous de partager la péninsule ibérique sans que cet effort soit articulé entre les deux pays », a déclaré le Premier ministre portugais, António Costa.

Lors de la conférence de presse tenue à l’issue du 32e sommet entre le Portugal et l’Espagne, à Trujillo, en Espagne, le chef du gouvernement a indiqué qu’un mémorandum avait été signé pour « un travail conjoint sur l’élaboration » des PRR respectifs « dans quatre domaines stratégiques clés ».

« La filière automobile et la transition vers la mobilité électrique et connectée » est l’un des domaines couverts par cet accord et des projets sont prévus pour être développés dans « l’ensemble de la filière, de l’exploitation minière durable à la production de nouveaux véhicules électriques et connectés », a-t-il déclaré. ajoutée.

Selon António Costa, le mémorandum prévoit également une coopération dans le domaine de la « transition écologique dans le domaine des énergies et en particulier de l’hydrogène vert », qui aura « une dimension industrielle, mais aussi un développement des connaissances ».

« Il sera installé à Cáceres [Espanha], le Centre luso-espagnol de recherche sur l’énergie durable », a révélé, expliquant que ce projet vise à « contribuer à l’approfondissement des connaissances de la recherche et de l’innovation dans ce domaine décisif » pour « l’avenir » et pour « la transition énergétique ».

Le Premier ministre a indiqué qu’un autre aspect de l’accord concerne « des activités liées à l’espace », à savoir « un projet très ambitieux » qui prévoit la création d’un « réseau de microsatellites lancé par le Portugal et l’Espagne ».

Intitulé « Constellation de l’Atlantique », a-t-il dit, ce projet entend produire « des informations de meilleure qualité et en temps réel sur le territoire » afin qu’elles puissent être partagées et contribuer à « un meilleur aménagement du territoire, une meilleure protection de l’environnement, une plus grande sécurité des les populations et une agriculture plus performante et plus durable à l’avenir ».

António Costa a rappelé que le quatrième domaine couvert par le mémorandum est dans le domaine des « infrastructures numériques » et que, dans ce contexte, la création d’un réseau de recherche dans le domaine de l’intelligence artificielle est prévue, avec la participation de « différents institutions » des deux pays.

L' »articulation de différents ‘hubs’ numériques est également prévue afin de faire de la péninsule ibérique une grande plateforme d’innovation, d’entrepreneuriat, de ‘startups' » afin qu’elles « contribuent à contribuer à la modernisation de l’ensemble de l’économie européenne », a-t-il stressé.

Toujours dans ce domaine, selon le chef du gouvernement, il est prévu « le développement de projets communs dans le domaine de la numérisation de l’administration publique » afin qu’elle soit « plus accessible » et, surtout, « dans les régions frontalières où les citoyens peuvent dialoguer de manière simple et amicale avec les administrations », tant d’un pays que d’un autre.

Les travaux du sommet luso-espagnol ont débuté peu avant le déjeuner par des réunions bilatérales sectorielles, au cours desquelles chaque ministre rencontre son homologue de l’autre pays, dont l’un entre les deux chefs de gouvernement membres des deux délégations.

La rencontre s’est terminée en milieu d’après-midi par la signature de neuf accords bilatéraux avant que les deux chefs de gouvernement ne donnent la conférence de presse de clôture du sommet.

Le sommet avait pour devise « mobilité durable » et des sujets tels que la mise en œuvre de la stratégie commune pour le développement transfrontalier et l’exécution des plans de relance et de résilience ont été abordés.