Cette semaine a vu le premier décès d'un professionnel de la santé infecté par Covid-19.

La statistique tragique a été citée par la FNAM, la fédération nationale des médecins, qui prétend montrer les risques auxquels sont confrontés tous ceux qui travaillent en première ligne à travers cette pandémie.

Le médecin de sexe masculin de 68 ans a été interné à l'hôpital São José de Lisbonne au cours des 40 derniers jours.

Dire des rapports, il ne souffrait d'aucune pathologie sous-jacente.

Spécialiste en médecine générale et familiale, le médecin a collaboré avec l'équipe de gastroentérologie de l'hôpital Curry Cabral, également à Lisbonne.

Sa mort "prouve sans aucun doute le risque que courent des professionnels à l'avant-garde de ce combat", a déclaré aujourd'hui le président de la FNAM, Noël Carrilho, à Rádio Observador, inférant qu'il s'agissait d'un risque que le ministère de la Santé choisisse de ne pas accepter, ni même de valoriser.

La FNAM «demande» que le risque concret pour les médecins soit «reconnu» et «compensé par un régime de« douleur et risque »(c'est-à-dire une forme d'argent de danger)».

Carrilho a "déploré" que le décès soit survenu "peu de temps après que le Premier ministre ait consacré la phase finale de la Ligue des champions aux professionnels de la santé".

"Les professionnels de la santé ne veulent pas de médailles ou de matchs de football", a-t-il déclaré à la station. «Ils veulent être reconnus de la manière habituelle dans n'importe quelle profession, avec des conditions de travail optimales».

Le président de la FNAM a néanmoins admis qu'un décès au sein de la profession «était attendu».

«Nous aurions espéré surmonter cette épidémie sans cette tristesse, mais cela n’a pas été possible», a-t-il déclaré.

Le président Marcelo a lui-même rendu hommage à la triste mort à travers une note publiée sur son site officiel honorant "l'énorme dévouement et le risque" que courent les professionnels de la santé – parfois au point de "le sacrifice suprême de la vie".

"Aucun mot ne suffit pour souligner et louer cet effort qui mérite plus que la reconnaissance", indique le communiqué. «Elle mérite des moyens adéquats et des perspectives de carrière au sein du SNS (service de santé). Nous devons également nous rappeler que la pandémie n'est pas terminée et que des précautions sont encore nécessaires ».

natasha.donn@algarveresident.com