La nouvelle a été avancée par le journal Expresso, qui déclare que la décision est liée à l'enquête sur plusieurs crimes dans le processus de la compagnie d'assurance AAA, Sonangol, dont le mari d'Irene Neto, l'homme d'affaires Carlos São Vicente était président.

Une source judiciaire a indiqué entre-temps à Lusa que des commissions rogatoires avaient également été envoyées au Portugal et au Luxembourg, demandant la collaboration des autorités judiciaires dans ces enquêtes.

Des responsables de la PGR angolaise étaient également en Suisse, la semaine dernière, pour discuter avec leurs homologues de ce pays de la récupération des 900 millions de dollars (759,3 millions d'euros) déposés sur un compte de l'homme d'affaires angolais, qui est gelé comme déterminé par les autorités suisses. .

Le 8 septembre, PGR a décrété la saisie de 49% des participations d'AAA Activos dans Standard Bank de Angola, sous la direction de São Vicente. Trois bâtiments AAA et IRCA ont également été saisis sur l'Avenida Lenine, Nova Marginal, Avenida 21 de Janeiro et Rua Amílcar Cabral, à Luanda, également sous la direction de Carlos Manuel de São Vicente. La chaîne d'hôtels IU et IKA, tous à Luanda, a également été appréhendée.

L'homme d'affaires a été entendu et mis en cause mercredi pour des soupçons de détournement de fonds, de participation économique à des affaires, de trafic d'influence et de blanchiment d'argent.

Sonangol, une compagnie pétrolière étatique à l'origine de la compagnie d'assurance qui a détenu le monopole de l'assurance des activités pétrolières en Angola pendant une décennie, a fait savoir, dans un communiqué, qu'elle suivait ce processus «avec une attention particulière».

Dans une interview accordée aujourd'hui au MFM, la femme d'affaires Isabel dos Santos, fille de l'ex-président angolais, José Eduardo dos Santos, a déclaré avoir «irrité beaucoup de monde» lorsqu'elle a décidé d'annuler plusieurs contrats qu'elle jugeait nuisibles à Sonangol pour avoir pratiqué la surfacturation.

Il s'agissait notamment de contrats d'assurance signés avec l'assureur AAA.

Selon Isabel dos Santos, il a été conclu que Sonangol pouvait économiser 70% avec une assurance et un nouveau contrat «avec des valeurs bien inférieures» a été conclu avec une autre société.

L'ancien président du conseil d'administration de Sonangol affirme qu'il y avait entre 400 et 500 millions de dollars (330 à 420 millions d'euros) de plus par an à payer pour l'assurance pétrolière, qui sur les 10 ans qui La compagnie pétrolière publique était partenaire d'AAA, représentant des pertes potentielles de 4 à 5 milliards de dollars (3,3 à 4,2 milliards d'euros).

«Si ces 900 millions, presque un milliard (milliard) de dollars dans ce compte sont des dividendes de AAA, combien Sonangol a-t-elle tiré des dividendes par rapport à AAA et pourquoi Sonangol n'a-t-elle pas suivi les augmentations de capital et laissez-le se diluer, si l'affaire était bonne », a demandé Isabel dos Santos, également accusée par le PGR de mauvaise gestion et détournement de fonds à la Sonangol.

La femme d'affaires, qui a vu en décembre ses comptes et participations faire l'objet d'une confiscation en Angola, s'est également montrée peu surprise des valeurs en jeu.

«Cela m'étonne-t-il qu'il existe des comptes bancaires avec autant d'argent? Je ne suis pas surpris et je pense que ce ne devrait pas être le seul compte bancaire des personnes liées à Sonangol qui ont beaucoup d'argent et cela ne devrait pas être le seul cas », a souligné Isabel dos Santos.

RCR // LFS

Le contenu du RPG angolais ordonne le gel des comptes et la saisie des actifs par Irene Neto apparaît en premier dans Visão.