Le Parti communiste portugais (PCP) a proposé ce lundi au gouvernement la modernisation et le contrôle public du réseau de communication d’urgence de l’Etat, dont le SIRESP. Les communistes disent qu’il est « impératif » de faire un « saut significatif » dans la qualité des communications d’urgence et de ne pas faire la même « erreur » en laissant la propriété privée ou la gestion du système de communication.

Dans un projet de résolution (sans force de loi) remis à l’Assemblée de la République, le PCP considère que le réseau de communication d’urgence existant « devrait promouvoir l’intégration effective de toutes les forces et services de sécurité et de tous les agents de la protection civile », ce qui est outil essentiel, critique et structurant pour la sécurité »du pays, qui ne doit pas être laissé aux mains de groupes privés.

Et il donne à titre d’exemple la mise en œuvre d’un partenariat public-privé pour la conception, la fourniture, l’assemblage, la construction, la gestion et la maintenance du SIRESP (Système Intégré de Réseaux d’Urgence et de Sécurité au Portugal) qui, selon le PCP, s’est avéré être «Une option désastreuse pour l’intérêt national». «Laisser l’État à la merci des intérêts privés alors que le contrôle de l’ensemble du réseau devait être entièrement public, était une grave erreur», souligne-t-il, rappelant les incendies tragiques de Pedrogão Grande.

Le PCP comprend donc que «l’État doit prendre le contrôle public du réseau de communication d’urgence et assurer son efficacité et son fonctionnement», mettant en garde trois questions: que la solution trouvée «ne signifie aucun type d’interruption dans le fonctionnement de l’urgence. réseau de communication », qui modernise de toute urgence le réseau et devient contrôlé publiquement.

Les communistes soulignent également cinq mesures «urgentes» à prendre en compte, à savoir la maintenance des systèmes de chaque agent de la protection civile, le renforcement du nombre d’antennes et de générateurs afin de garantir la couverture de l’ensemble du territoire national, ayant des antennes mobiles dans plusieurs régions , renforcer le système de communication par satellite et les faisceaux radio et ouvrir le signal GPS du système de communication d’urgence aux pompiers « afin de permettre la visualisation des emplacements géographiques des véhicules et des pompiers sur le site d’opérations ».

Le PCP indique également que le gouvernement devrait envisager «les possibilités d’utiliser les capacités de communication et de transmission existantes dans le cadre des pompiers et des forces armées».