pcp_bruno-dias-6820148-9049559-jpg

Le PCP a accusé aujourd’hui le PS de vouloir « saisir » les petites propriétés avec la création d’une banque foncière et le PSD a accusé le gouvernement de mal gérer l’échange foncier national existant.

Dans le débat parlementaire proposé par le PS autour de son projet de création d’une réserve foncière et de promotion d’un fonds pour mobiliser ces terres, le député Bruno Dias, du PCP, a accusé le PS d’une « très ruse ».

« Ce que le PS cherche à amener ici, c’est essayer de camoufler ce qui est dans l’essence de son intervention et de son initiative », a déclaré le député, critiquant que « le PS veuille confisquer des biens et des petits biens ».

Et il a souligné que le PS veut « renverser la charge du business » du bois : « Il veut d’abord intervenir sur la taille de la propriété, la concentrer, et ensuite quand la propriété est déjà entre les mains des gros, le prix du bois va augmenter ».

« Au contraire, c’est l’augmentation du prix du bois qui va permettre de dynamiser le marché, notamment dans la vente de biens et la location », s’est défendu le député PCP.

Dans une demande de clarification après l’intervention initiale du PS, le communiste a estimé que, pour les socialistes, le « plus gros problème de la forêt portugaise, c’est la petite propriété, c’est la petite propriété, la propriété abandonnée », après avoir rejeté cette idée, affirmant que les incendies ont touché davantage de terres qui « ont un propriétaire connu et sont assez importantes en termes de superficie ».

Toujours dans une demande de précisions, le député Paulo Ramalho, du PSD, a déclaré que la Bourse nationale des terres, créée en 2012, « a vécu pendant trois ans dans le gouvernement dirigé par la coalition PSD/CDS-PP et les sept derniers sous la tutelle du gouvernement du PS ».

« Il est vrai que la réalisation des objectifs de l’échange foncier national était loin de ce qui était souhaité, en grande partie à cause de la responsabilité de l’État qui n’a pas mis ses meilleures propriétés rustiques sur l’échange et en tant qu’entité de gestion ne savait pas comment pour dynamiser avec compétence cette structure », a-t-il critiqué.

Le social-démocrate a estimé que le gouvernement « n’a pas su le gérer ni le rendre suffisamment attractif » et a voulu savoir si la réserve foncière proposée par le PS ne sera constituée que de propriétés déjà mises à l’échange ou s’il y a sera plus.

À son tour, le député Rui Rocha, de l’Initiative libérale, s’est interrogé sur le fait que « la vision intégrée de ces questions a du sens », citant en exemple la société publique de gestion et de développement des forêts FlorestGal, s’interrogeant sur le rôle qu’elle jouera.

Soulignant que cette société « a été créée suite aux graves incendies de 2017 » et « aurait eu une activité de gestion forestière par des moyens et pouvoirs publics », le député a indiqué qu' »elle intervenait sur 70 hectares ».

« L’idée que j’ai, c’est que c’est une performance bien en deçà des objectifs et que c’est un instrument qui ne sert pas à grand-chose », a critiqué Rui Rocha, précisant que « dans le domaine qui a justifié la création de Florestagal, qui est le de Pedrógão, ce qui est connu est une intervention de dimension très limitée ou nulle ».

Dans sa réponse, le socialiste Francisco Rocha a défendu que « l’échange de terres est un instrument volontaire, il existe déjà », mais « il a été arrêté, il est mort depuis longtemps, parce que personne n’y met rien et personne n’enlève rien ». ”.

« La bourse sera là, ce qui s’y ajoute, c’est une banque foncière dont la mission est, avant tout, de faire face à ce million d’hectares qu’on estime sans propriétaire connu, en préservant les enjeux fonciers », s’est défendu le député, ajoutant que  » en même temps, il garantit tous les délais qui sont établis dans le système juridique ».

Et il a répondu au PCP, garantissant que « pas de pincement, il n’y a pas de confiscation ».

Francisco Rocha a défendu qu’il n’était pas possible de « ne pas tenir compte d’un million d’hectares de terres qui sont estimées être celles qui n’ont pas de propriétaire connu » lorsqu’il s’agit du « sens stratégique d’une réforme » et a accusé le PSD de, dans la discussion sur la réforme forestière après les incendies de 2017, pour ne concerner que les eucalyptus.