Le Parlement européen indique dans un communiqué avoir « approuvé la dérogation qui protège les régions ultrapériphériques (RUP) dans la transition climatique et énergétique, dans le cadre du paquet législatif ‘Fit for 55’, notamment dans la proposition de règlement sur l’European Emissions Trading (ETS) ) pour le secteur de l’aviation ».

Sara Cerdas, en plénière cette semaine, a lancé un appel au soutien des eurodéputés pour approuver cette dérogation.

L’eurodéputé PS a fait valoir que les régions ultrapériphériques sont « exclusivement dépendantes des liaisons aériennes et maritimes pour le transport de passagers et de marchandises » et que l’application d’une taxe carbone impliquerait « une hausse des prix sur le plateau et du coût de la vie en général, dans des régions parmi les plus pauvres de l’Union européenne ».

Les Madériens ont également souligné que cela « mettrait en péril leur développement socio-économique et le niveau d’emploi dans ces régions », d’où l’importance de garantir des dérogations spéciales permettant une adaptation complète et une transition durable.

« J’appelle chacun à tenir compte des spécificités des régions ultrapériphériques, comme le garantit d’ailleurs l’article 349 des traités, à savoir dans les déplacements entre leur État membre, d’autres États membres, mais aussi entre les îles – comme c’est le cas des archipels des Açores et de Madère. Ce n’est qu’ainsi que nous garantirons une cohésion territoriale effective et une véritable transition juste, qui ne laisse personne de côté », a-t-il interpellé en plénière.

L’amendement soumis au règlement, et désormais approuvé, a été travaillé par les eurodéputés des régions ultrapériphériques, qui ont fait pression et recueilli des soutiens au Parlement européen, car il n’était pas suffisamment sauvegardé dans la proposition initiale de la Commission européenne.

« L’amendement à la révision du système d’échange de quotas d’émission de l’UE pour l’aviation crée une exception aux émissions des vols, effectués jusqu’en 2030, pour les déplacements entre les RUP et l’Espace économique européen (EEE) et entre les îles des RUP », précise le communiqué. .

« Il est à noter que les députés avaient également travaillé sur un autre amendement au règlement ETS pour le transport maritime, également voté en plénière », lit-on dans la note.

Cependant, le Parlement européen a rejeté le rapport dans son intégralité à la majorité, qui reviendra maintenant à la commission spécialisée pour de nouvelles propositions d’amendements. Sara Cerdas commente seulement que le rapport rejeté « a abaissé l’ambition par rapport à la proposition initiale de la Commission européenne » sur des éléments cruciaux, de sorte que le groupe des Socialistes et Démocrates (S&D) n’a pas pu soutenir le rapport final.