La restructuration du Service des étrangers et des frontières n’entrera en vigueur qu’avec l’entrée en vigueur du décret qui créera l’Agence portugaise pour la migration et l’asile (APMA), une entité qui sera responsable de la nature administrative du SEF.

Dans le projet de loi, qui sera débattu en plénière mercredi prochain, avec une demande de priorité et d’urgence, le Gouvernement retire le délai de 180 jours qu’il avait donné pour créer l’APMA, sans date prévue.

Dans l’exposé des motifs, le Gouvernement invoque la pandémie, la dissolution de l’Assemblée de la République et le contexte de guerre en Ukraine pour ne pas avoir avancé avec la restructuration des services.

La dissolution de l’Assemblée de la République, avec l’appel à des élections anticipées, « a conditionné l’activité du gouvernement sortant, limitant la mise en œuvre de mesures structurantes », revendique l’exécutif.

« L’évolution de la situation épidémiologique au Portugal et en Europe concernant la pandémie de la maladie COVID-19, ainsi que la nouvelle situation résultant de la situation de conflit armé en Ukraine, avec des implications exigeantes en termes de contrôle humanitaire, logistique et frontalier, générées par les nouveaux flux migratoires, ont déterminé qu’il n’était pas possible de mettre en œuvre la reformulation du régime des forces et des services et la réaffectation des compétences et des ressources visées ci-dessus, dans le délai imparti », justifie le gouvernement.

Vendredi, à l’issue du Conseil des ministres extraordinaire, le ministre de l’Administration intérieure, José Luís Carneiro, a déclaré que l’APMA « ne sera constituée que lorsque les dimensions seront suffisamment mûres ».

José Luís Carneiro, a justifié le report de l’extinction du SEF par la nécessité de mûrir les changements prévus, notamment en termes de formation de ceux qui seront en charge du contrôle de l’aéroport.

Le ministre de l’Intérieur ne s’est pas engagé sur une date pour l’achèvement de ce processus, soulignant que « plus important que le calendrier est de faire en sorte que la transition soit sereine, sûre, pacifique » et avec « l’implication de tous les acteurs ».

Ce sera la deuxième fois que l’extinction du SEF, décidée par le gouvernement précédent et approuvée en novembre 2021 à l’Assemblée de la République, est reportée, cette réforme initialement prévue en janvier, mais elle a été repoussée au mois de mai en raison de la pandémie de covid19.

Concernant le moment de l’approbation de la structure de l’APMA, le ministre a déclaré que « aussi important que l’approbation de sa structure formelle, qui est un processus qui va maintenant avoir son développement dans les semaines et les mois à venir, est de s’assurer que sa constitution juridique correspond après des conditions de fonctionnement et de fonctionnalité de bonne articulation et coopération entre services ».

Le ministre a également déclaré qu’on ne sait pas combien de travailleurs du SEF seront transférés à l’APMA ou à la police.

Actuellement, la SEF compte environ 1 700 travailleurs et plus de 1 000 sont des inspecteurs.

JRS/SF (CMP/SO) // SF

Le contenu que le Parlement discute mercredi de la proposition du gouvernement de reporter l’extinction du SEF apparaît d’abord dans Visão.