Le Parlement débattra ce jeudi de la prolongation de la période d’absences pour deuil. Sur la table, plusieurs projets de loi proposés par divers partis et qui incluent diverses pertes de la part des citoyens portugais.

Le projet de loi PS entend allonger la période d’absence justifiée pour cause de décès des descendants au premier degré ou assimilés. Dans la demande, le groupe parlementaire PS indique que « les cinq jours fixés par le Code du travail comme période d’absence justifiée pour décès d’enfant ou équivalent sont manifestement insuffisants ».

Le PS avance même que « faire face au décès d’un proche est toujours une expérience difficile pour laquelle il faut du temps » et que le délai actuel de cinq jours « finit par couvrir à peine plus que les formalités légales résultant du décès, donc il n’y a pas de temps pour la période de deuil nécessaire ».

Le groupe parlementaire montre également que sept pays ont moins de jours de deuil, à savoir Malte, l’Italie, la Slovaquie (un jour), l’Allemagne (deux jours), la Roumanie, la Lituanie (trois jours) et le Luxembourg (trois à cinq jours). En revanche, le Danemark et l’Irlande sont les pays avec le plus grand nombre de jours de deuil, respectivement 26 et 20.

Le PAN entend également discuter du même système d’absences, procédant au 17e amendement au Code du travail depuis qu’il a été approuvé. Dans son projet de loi, utilisant les auteurs de l’étude, le PAN rappelle que le deuil parental est « systématiquement plus intense et comme l’un des événements les plus difficiles et les plus stressants de la vie ».

Le PAN ajoute que les pertes peuvent présenter un « risque élevé pour la santé physique et mentale, et le processus de deuil peut devenir pathologique, prolongeant et empêchant les gens de continuer leur vie de manière adaptative ».

Voulant faire le même changement, le Bloc de gauche explique que « la disposition légale d’une période de temps aussi courte pour se remettre d’un événement aussi traumatisant est clairement en décalage avec les besoins réels des travailleurs et de leurs familles, notamment d’un point de vue émotionnel. de vue, mais aussi en tenant compte du processus bureaucratique qui y est associé ».

Dans le texte de BE, le parti prévient qu’après deux à cinq jours, le travail doit pouvoir reprendre la vie active avec les mêmes compétences qu’il avait avant la perte. « Cette certitude ne peut pas être donnée après 20 jours, mais elle ne l’est certainement pas après cinq ou deux jours », écrit BE.

Dans le même projet de loi, la députée non inscrite Joacine Katar Moreira donne un exemple de l’évolution de la loi britannique à travers le diplôme la loi de Jacques, qui définissait une période minimale de congé de deux semaines pour toutes les travailleuses qui ont subi la perte d’un enfant mineur ou si elles ont subi une interruption de grossesse après 24 semaines de gestation (six mois).

Le PSD est du même avis que les autres partis et entend également apporter des modifications à la législation nationale. « Il s’agit d’une situation anormale et extraordinaire qui change profondément le cœur de la famille et à laquelle aucune loi ne peut remédier. Cependant, le législateur doit essayer de minimiser les effets de cette perte, soit avec des interventions au niveau sanitaire, mais aussi en facilitant une période de deuil qui permet aussi la réalisation de ces mêmes interventions », écrit le PSD dans son projet de loi.

Le PSD demande que les jours d’absence soient pris en charge par « la Sécurité sociale ou par les entités publiques respectives, et il continue à compter pour toutes les fins, notamment de carrière contributive, comme des jours ouvrables ».

En plus d’être d’accord avec l’allongement des jours d’absences justifiées, le PCP demande que soit « considérée comme indispensable la garantie d’un soutien psychologique dans le cadre du Service national de santé pour les parents en situation de décès de descendants au premier degré en droit ligne, ainsi que la mort d’autres membres de la famille proche ».

« L’extension de la possibilité de jours d’absence du travail pour les parents, qui, bien qu’elle ne résolve pas ou n’atténue pas leur douleur, ne signifie pas la fin du deuil, et de s’articuler avec un soutien psychologique, est une contribution à ce qu’il soit possible de récupérer une sorte de force pour faire face aux nouvelles réalités auxquelles sont confrontés les parents », peut-on lire dans le projet de loi du PCP.

Le PCP demande jusqu’à vingt jours pour le décès des descendants ou assimilés au premier degré, jusqu’à quinze jours pour le décès d’un conjoint non séparé de corps ou d’ascendants ou assimilés au premier degré et jusqu’à huit jours pour le décès d’un autre parent ou assimilé en ligne droite ou au second degré.

L’Initiative libérale admet que les cinq jours prévus par la loi « correspondent souvent au temps nécessaire pour faire face aux formalités et bureaucraties liées au décès d’un membre de la famille, ne permettant même pas une pause de travail pour exercer le deuil ». Le député João Cotrim Figueiredo rappelle même que plusieurs pays européens ont augmenté le nombre de jours d’absences excusées en situation de deuil parental.

La députée Cristina Rodrigues souhaite également que le Parlement discute du changement du régime du deuil parental et reconnaisse le droit au deuil en cas de perte de grossesse. Actuellement, la loi portugaise ne prévoit pas ces situations de perte, mais le député non inscrit a l’intention de discuter de la situation actuelle et de la changer.

« La perte de grossesse peut représenter une interruption soudaine d’un projet de vie et, en tant que telle, a un impact fort sur ceux qui sont émotionnellement impliqués dans l’expérience d’avoir un bébé. Subir ce type de pertes, comme celles déjà contenues dans le code du travail, peut donner lieu au deuil, processus naturel et attendu au vu de la rupture des liens qui se produit », écrit la députée dans son projet de loi, ajoutant que de nombreuses femmes disent elles ressentent « un manque d’empathie et d’acceptation sociale pour ressentir et vivre » la perte de grossesse qui s’est produite.

Actuellement, une travailleuse a droit à un congé entre 14 et 30 jours après une interruption de grossesse, qu’elle soit volontaire ou non, compte tenu des considérations du médecin. Les parents n’ont pas droit à cette licence.

Comment est née la discussion sur l’extension de la justification de la mort d’un descendant ?

L’Associação Acreditar a lancé une pétition en septembre, mois international de sensibilisation au cancer pédiatrique, pour augmenter les jours de deuil parental, qui sont actuellement fixés à cinq jours consécutifs par la loi portugaise.

La pétition compte plus de 80 000 signatures, qui demande l’extension des droits des parents à pleurer la perte d’un enfant pendant 20 jours.

Encore loin d’atteindre les 100 000 signatures comme je l’avais prévu, la question de l’allongement de la période des absences excusées sera débattue ce jeudi au Parlement portugais. Le 12 octobre, la pétition a été livrée avec 83 508 signatures remises à l’Assemblée de la République, mettant en avant le thème.

C’est à partir de cette pétition que les partis ayant un siège au Parlement ont décidé de mettre la question sur la table et de procéder à la modification du Code du travail, accordant aux parents jusqu’à 20 jours pour faire face à la perte d’un enfant et gérer le deuil.

Au moment où la pétition est apparue, en septembre, la proposition avait recueilli un consensus parmi tous les partis portugais à l’Assemblée de la République, beaucoup proposant leurs propres projets de loi pour discussion.

Que dit le gouvernement à ce sujet?

À ce jour, le seul membre du gouvernement à s’être exprimé publiquement sur le sujet était Alexandra Leitão, ministre de l’Administration publique dans une interview à « Rádio Renascença » lorsqu’on l’a interrogée sur le sujet. A la radio, la ministre avoue qu’elle est d’accord avec l’augmentation des jours de deuil parental en tant que femme et mère, mais qu’elle n’avait pas encore réfléchi à la question en tant que membre du Gouvernement.

« Il me pose une question sur quelque chose à laquelle je n’ai pas pensé en tant que dirigeant, mais je ne peux pas m’empêcher de lui dire que je suis d’accord. Nous sommes des mères, nous sommes des femmes et je ne peux m’empêcher de dire que je ne suis pas d’accord. Je ne comprends pas la violence d’une telle situation », a déclaré Alexandra Leitão à la « Renascença », affirmant qu’elle pourrait commettre une « imprudence politique » en parlant de sa position personnelle devant une position officielle du gouvernement.