Les amendements à la loi électorale en vue de faciliter la présentation de candidats indépendants aux élections seront discutés et votés ce jeudi à l’Assemblée de la République. Les votes vont à dix initiatives législatives (neuf projets de loi et un projet de résolution), qui visent à répondre aux critiques soulevées contre les obstacles créés par les modifications apportées à la loi électorale par le PS et le PSD l’été dernier.

Sur la table, neuf projets de loi, présentés par le PS, PSD, BE, PCP, CDS-PP, PAN et la députée non inscrite Cristina Rodrigues, et deux de l’Initiative libérale, et un projet de résolution (sans force de loi)) du PAN.

Les initiatives interviennent après que l’Association nationale des mouvements autonomes indépendants (AMAI) et plusieurs maires tels que Rui Moreira (de la Chambre de Porto) sont venus critiquer les amendements à la loi imposés en août 2020, car ils entravent les candidatures indépendantes aux assemblées paroissiales, lorsque ils sont tenus d’avoir un groupe différent de celui que le même mouvement propose pour la candidature au conseil municipal et à l’assemblée, et d’empêcher l’utilisation des mêmes noms, symboles et acronymes dans chacune des candidatures.

Selon le président de l’AMAI, Aurélio Ferreira, un groupe de citoyens qui ne s’adressent qu’à un conseil paroissial n’aura aucun droit à une subvention de l’État «car les subventions sont versées en fonction du nombre d’électeurs dans les assemblées municipales», ce qui peut appliquer, ce qui peut violer la Constitution qui prévoit «l’égalité des chances et de traitement pour les différents candidats».

Le projet de loi PS prévoit que les groupes de citoyens électeurs qui présentent une candidature simultanément au conseil municipal et aux organes de l’assemblée municipale «peuvent également soumettre une candidature aux organes paroissiaux de la même municipalité», et précise que «la dénomination, ainsi que les symboles et les les acronymes de ces groupes, peuvent être partagés dans ces cas d’applications communes sous l’égide d’un même groupe de citoyens ».

Le PSD, qui était le parti qui a avancé l’année dernière avec la proposition de modifier la loi électorale et qui a ensuite été soutenu par le PS, ne suggère que la création d’un régime «exceptionnel et temporaire» en vue de réduire le nombre de partisans nécessaires. la soumission de candidatures de groupes de citoyens aux élections municipales de cette année pour un nombre «correspondant à 2,25% des électeurs inscrits au recensement respectif», c’est-à-dire «réduit de 25% les signatures requises en 2021».

Le projet de loi PSD permet également aux candidats de se présenter pour «une collectivité locale où ils ne sont pas enregistrés, à condition qu’ils soient proposés par des promoteurs inscrits là-bas, mais dans le respect des principes constitutionnels d’égalité matérielle, d’autonomie locale – horizontale et verticale – et de subsidiarité principe ».

BE, PCP, CDS-PP et IL veulent révoquer les amendements à la loi. PAN suggère un report jusqu’en 2025

Afin de répondre au défi des candidats indépendants, BE, qui a voté l’année dernière contre les modifications de la loi électorale, souhaite révoquer les modifications apportées à la loi électorale et diminuer le nombre de signatures nécessaires à l’appréciation des pétitions en plénière du l’Assemblée de la République, de 7 500 à 1 000 (les changements imposés l’année dernière ont porté le nombre requis de 4 000 à 7 500).

Le PCP propose de mettre fin à l’interdiction pour un citoyen d’être candidat à la fois au conseil municipal et à l’assemblée municipale de la même commune. Tout en considérant qu’il y a une « incompatibilité », les communistes comprennent que « cela n’a pas de sens de créer une situation d’inéligibilité, empêchant simplement la possibilité de candidature qui a toujours existé et qui n’a jamais donné lieu à aucune réparation ».

A droite, le CDS-PP propose un recul dans les amendements approuvés l’année dernière, simplifiant la présentation des candidats indépendants, mais maintenant l’interdiction d’un citoyen de postuler «simultanément aux organes
représentant des collectivités territoriales intégrées territorialement dans différentes communes »ou plus« une assemblée paroissiale intégrée dans la même commune ».

L’Initiative libérale veut également modifier à nouveau la loi électorale pour «rendre la normalité démocratique» aux élections locales, permettant à des groupes d’électeurs citoyens de présenter une candidature simultanément au conseil municipal, à l’assemblée municipale et aux organes de tout ou partie des paroisses de la même comté. Dans un autre projet de loi, le parti dirigé par João Cotrim Figueiredo propose de supprimer la journée de réflexion et de modifier les périodes de vote.

Le PAN, qui a également voté contre les amendements à la loi électorale, estime que «la suspension de l’application et le report de l’application de ces règles aux élections de 2025 est le moyen qui assure le mieux l’équilibre des intérêts en conflit et le adaptation des forces politiques impliquées dans le processus électoral »en raison de la pandémie. Il suggère également au Gouvernement, dans un projet de résolution, de préparer et de remettre à l’Assemblée de la République les études nécessaires à l’introduction du vote électronique non face à face lors des élections.

Enfin, la députée non inscrite Cristina Rodrigues (ex-PAN) veut garantir «des conditions minimales de participation politique pour des groupes de citoyens électeurs» et propose que «les listes de candidats aux collectivités locales soient proposées par un nombre d’électeurs correspondant à 3 % des électeurs inscrits sur le registre électoral respectif », et que les candidats peuvent se présenter simultanément à la chambre, à l’assemblée municipale et à« tout ou partie des paroisses de la même commune ».