Cette recommandation – qui n'a aucune force juridique – vise à honorer l'ancien consul portugais sous la forme d'une tombe sans corps, n'impliquant donc pas le transfert habituel au Panthéon national.

Ainsi, le député non inscrit Joacine Katar Moreira propose que le corps reste dans la municipalité de Carregal do Sal, la terre où Aristides de Sousa Mendes est né et a vécu, en préservant l'importance culturelle et économique que la présence du corps a dans le tourisme de la région.

Après avoir été unanimement approuvée à l'unanimité, début juin, elle a été renvoyée aujourd'hui en plénière pour un vote final global, approuvée avec l'abstention d'André Ventura et des votes favorables des sièges restants et de la députée non enregistrée Cristina Rodrigues ( ex-PAN).

L'auteur de la recommandation, Jocine Katar Moreira, n'a pas participé au vote car elle est entrée en quarantaine volontaire aujourd'hui après avoir contacté une personne infectée par covid-19. Dans une note envoyée aux journalistes, la députée a critiqué l'Assemblée de la République pour avoir empêché sa participation «en ligne» à la plénière.

Le projet recommande également au gouvernement la constitution d'un groupe de travail, composé d'un représentant de chaque groupe parlementaire, de tous les députés uniques et non enregistrés, ainsi que d'autres entités publiques concernées, qui seront chargées de choisir la date, de définir et d'exécuter le programme de panthéonisation par Aristides de Sousa Mendes.

A l'initiative du PSD, approuvée par les députés de la spécialité, deux membres de la famille d'Aristides Sousa Mendes seront également invités à participer.

Il s'agissait de la première initiative législative présentée par Joacine Moreira, en 2019, alors qu'elle représentait toujours le Parti libre – une force qui lui a enlevé sa confiance politique en janvier de cette année et dont elle s'est dissociée.

En 1940, pendant la Seconde Guerre mondiale, Aristides de Sousa Mendes, alors consul du Portugal à Bordeaux, en France, a délivré des visas qui ont sauvé des milliers de personnes de l'Holocauste, désobéissant aux ordres du président d'alors du conseil, António de Oliveira Salazar, qui dirigeait le gouvernement.

Dans le texte présenté et soumis à l'Assemblée de la République, le député considère qu'Aristides de Sousa Mendes, «en tant que figure héroïque de la mémoire portugaise, est un patrimoine national, un héritage éthique pour tous, est un héritage de la société civile et, surtout, un exemple vertueux pour les générations à venir ».

À la mi-juin, le Conseil des ministres a approuvé le programme national autour de la mémoire de l'Holocauste, intitulé «Projet Never Forget», qui vise à honorer Aristides de Sousa Mendes et d'autres Portugais qui ont sauvé et protégé des milliers de victimes.

Ce programme comportera des initiatives de l'État et de la société civile, avec des dimensions «civique, éducation et pédagogie, recherche et diffusion, patrimoine et préservation muséologique».

Au Panthéon national, des personnalités telles que les écrivains Aquilino Ribeiro, Guerra Junqueiro, Almeida Garrett et Sophia de Mello Breyner Andresen, la chanteuse de fado Amália Rodrigues, le footballeur Eusébio et le maréchal Humberto Delgado, ancien candidat à la présidence de la République.

Au Panthéon se trouvent également certains des anciens présidents de la République, tels que Sidónio Pais, Manuel de Arriaga, Óscar Carmona et Teófilo Braga.

ARYL / FM (JF) // JPS

Le contenu du Parlement approuve l'hommage à Aristides de Sousa Mendes dans le Panthéon national apparaît d'abord à Visão.