L'Assemblée de la République a approuvé aujourd'hui à l'unanimité l'avis de la Commission de la transparence de lever l'immunité parlementaire au député et secrétaire général du PSD José Silvano dans le cadre du processus de présence fantôme impliquant d'autres membres de la magistrature.

L'avis, qui avait déjà été approuvé mardi par la Commission, a été approuvé aujourd'hui en séance plénière de l'Assemblée de la République.

Dans un communiqué publié mardi, José Silvano a relativisé la renonciation à son immunité parlementaire à être accusé dans le cadre du soi-disant processus de présence fantôme comme "un acte normal résultant de la loi" et a promis d'aider à "découvrir la vérité".

"J'ai la ferme conviction que, grâce à mon audition, je serai en mesure de contribuer de manière décisive à la découverte tant souhaitée de la vérité", lit un communiqué signé par Silvano lui-même.

Dans le texte, le député social-démocrate souligne que, de cette manière, il aura «la possibilité de clarifier et de prouver à nouveau» qu'il n'a pas enregistré ou demandé à quiconque de le faire lors d'une session de l'Assemblée de la République et «clarifie» qu'il n'avait «aucun avantage économique ou autre ».

C'est la deuxième fois que l'immunité à José Silvano est levée, après avoir été autorisé à témoigner, en 2019, en tant que témoin dans l'affaire des présences fantômes impliquant d'autres députés du PSD tels qu'Emilia Cerqueira, Mercês Borges et Feliciano Barreiras Duarte (ces deux derniers ne sont plus au Parlement).

Le ministère public a ouvert une enquête pénale en novembre 2018, après qu'Expresso eut signalé que le député Emília Cerqueira avait enregistré José Silvano comme présent lors de deux séances plénières lorsque le député était absent de Lisbonne.

La députée a par la suite justifié avoir procédé à l'enregistrement «par inadvertance» en tentant d'accéder au «courriel» du secrétaire général du PSD, en utilisant son «mot de passe» personnel.

Dans le cas de Mercês Borges, le député a enregistré le vote de Feliciano Barreiras Duarte lors de la séance plénière du 30 octobre 2018, au cours de laquelle le budget de l'État 2019 a été voté, lorsque l'ancien secrétaire général du PSD n'était pas à l'Assemblée de la République, et a été accusé, selon le magazine Visão.

Concernant Feliciano Barreiras Duarte, deux demandes de levée d'immunité ont été faites, l'une par le parquet général, l'autre par un tribunal. La semaine dernière également, Visão a signalé qu'elle avait été effacée.

À l'époque, le journal Público rapportait que le programme officiel du fonctionnaire comprenait le statut de «  chercheur invité '' de l'Université de Californie à Berkeley, sans jamais avoir fréquenté l'institution, ce qui était la raison de sa démission en tant que directeur du PSD. .

SMA / NS // JPS

Le contenu du Parlement approuve la levée de l'immunité au député José Silvano (PSD) apparaît d'abord à Visão.