Le parlement angolais a approuvé aujourd’hui à l’unanimité deux projets de loi modifiant la loi organique sur les élections générales, initiatives législatives des partis au pouvoir, le MPLA et l’UNITA, dans l’opposition.

Selon l’Agence de presse angolaise (ANGOP), le groupe parlementaire du Mouvement populaire pour la libération de l’Angola (MPLA) défend, dans son projet de loi, la modification de 45 articles de la loi en vigueur, tandis que l’Union nationale pour l’indépendance totale de L’Angola (UNITA) a l’intention de modifier 83 articles, dont cinq ajouts.

Pour le député du MPLA Tomás da Silva, cité par l’ANGOP, la loi actuelle sur les élections législatives « a été approuvée dans un contexte complètement différent de l’actuel », considérant la révision annoncée comme « nécessaire et urgente pour éviter les retards dans le processus de préparation et d’exécution ». élections générales de 2022 ».

L’instrument juridique, généralement approuvé aujourd’hui, lors de la neuvième réunion plénière extraordinaire du parlement angolais, « clarifie les questions de nature électorale, le vote électoral et la capacité électorale active », a déclaré Tomás da Silva.

Concernant le projet du groupe parlementaire UNITA, la députée Mihaela Webba a déclaré que son parti entend avec le même que les prochaines élections en Angola, « générales ou locales, se déroulent dans un climat démocratique ».

« Nous augurons des élections démocratiques, équitables, crédibles qui puissent refléter la volonté du souverain », a déclaré le député, cité par l’Angop.

Les deux diplômes seront désormais envoyés aux commissions spécialisées de l’Assemblée nationale (parlement angolais) pour obtenir un statut juridique avant de revenir en plénière pour le vote final et global.

Aujourd’hui également, les députés angolais ont généralement et unanimement approuvé la proposition et le projet de loi visant à amender la loi officielle sur l’enregistrement électoral, initiatives du gouvernement angolais et de l’UNITA, respectivement.

La ministre de l’Administration du territoire et de la Réforme de l’État angolais, Marcy Lopes, a déclaré à cette occasion que la proposition de l’exécutif « vise à ajuster les normes d’inscription électorale, étendues aux citoyens nationaux résidant à l’étranger », écrit l’ANGOP.

Le député de l’UNITA, Diamantino Mussokola, a déclaré que le projet de son parti a été créé en vue de « garantir l’équité, la justice et la transparence » du processus électoral.

La neuvième séance plénière extraordinaire de la quatrième session législative de la quatrième législature de l’Assemblée nationale se poursuit jeudi.