Intitulée «Idoles – Olhares Milenares», l'exposition se tiendra en collaboration avec le Musée archéologique d'Alicante et l'Université d'Alcalá de Henares, en Espagne, et «ce sera la seule fois que des idoles aux origines les plus diverses seront montrées ensemble», selon le site en ligne de la Direction générale du patrimoine culturel (DGPC).

La DGPC a également indiqué que le 27 novembre un protocole de collaboration a été signé entre la DGPC et le Musée archéologique de la Fondation CV d'Alicante à cet effet, après l'ouverture par le pays voisin, en juillet de cette année, d'une exposition du même titre, à Madrid, qui a reçu une demi-centaine de pièces du Portugal, et restera ouvert jusqu'en janvier 2021.

Ces pièces qui seront également exposées au MNA, à Lisbonne, ont été découvertes lors de fouilles menées à la fin du XIXe siècle au Portugal et en Espagne, révélant les croyances et les modes de vie des communautés du sud de la péninsule ibérique.

Les archéologues les appelaient des idoles, des figures anthropomorphes, avec des visages et des membres sculptés dans la pierre, les os et la céramique, créés par des populations qui vivaient entre 5000 et 3000 ans avant Jésus-Christ, à une époque où la population augmentait rapidement en raison du développement de l'agriculture et du pastoralisme.

L'exposition «Ídolos – Miradas Milenares», actuellement exposée à Madrid, présente d'importantes pièces ibériques de cette période, parmi lesquelles une cinquantaine de Portugais, dont 37 du MNA, a déclaré à Lusa son directeur, António Carvalho.

Les pièces restantes proviennent de la société Era – Arqueologia, qui gère une fouille sur cette période, à la Herdade dos Perdigões, à Reguengos de Monsaraz, dans le quartier d'Évora.

L'exposition, qui se déroule jusqu'en janvier de l'année prochaine au musée archéologique d'Alcalá de Henares, à la périphérie de Madrid, présente, entre autres pièces d'origine nationale, le personnel de la Herta da Anta, la stèle Crato, une collection de plaques de schiste, une collection de lapins et l'idole de Moncarapacho.

António Carvalho a également souligné, à l'époque, que le MNA et le Musée d'archéologie de Madrid, avec 63 pièces, constituent la «grande partie de l'exposition», qui se prépare à venir également au Portugal.

Sur les 37 biens culturels nationaux, huit sont classés comme «trésor national», provenant des municipalités d'Olhão, Torres Vedras, Évora, Marvão, Mértola, Ponte de Sor, Sintra, Reguengos de Monsaraz, Amadora, Montemor-o-Novo, Setúbal et Crato.

AG (NL) // TDI