Le MCTM exige que le montant de la charge a des valeurs de l’IMI (Taxe foncière communale) soit transféré aux municipalités de Miranda do Douro et Mogadouro, dans le district de Bragança.

«Il est désormais certain que les barrages étaient des bâtiments appartenant exclusivement à EDP et à titre privé, qui faisaient partie de son patrimoine et figuraient à son bilan. Il est également sûr que la propriété de ces biens immobiliers a été transférée, par EDP, à «Camirengia» et de celle-ci à «Movhera 1», dans le cadre de l’accord récemment conclu », indique le MCTM dans un communiqué envoyé à Lusa.

Selon ce mouvement originaire du Planalto Mirandês « c’est pour cette raison que l’IMI est due, sans aucun doute ».

«C’est aussi l’accord expressément sanctionné par l’Autorité fiscale et douanière, qui, selon les déclarations de son haut fonctionnaire à l’Assemblée de la République, n’a pas été révoqué et reste donc en vigueur», indique le MCTM.

Le mouvement estime que «EDP aurait dû payer l’IMI sur ces barrages depuis de nombreuses années».

«Le défaut d’exiger le paiement a déjà conduit à l’expiration du droit à sa liquidation, au-delà des quatre dernières années. Le Pays de Miranda a également été gravement endommagé par plusieurs millions d’euros », a-t-il ajouté.

Ce mouvement comprend que, de cette manière, « il est possible de garantir le recouvrement des impôts dus et de tenir les responsables des actes ou omissions qui causent ces pertes causées à Terra de Miranda (Mogadouro, Miranda do Douro et Vimioso) ».

La directrice générale de l’administration fiscale et douanière, Helena Borges, a déclaré le 14 avril que, indépendamment de la discussion publique, AT aurait toujours analysé l’opération de vente de barrages par EDP à Engie.

Le directeur général d’AT a été entendu le même jour en commission du budget et des finances sur le transfert de la concession de six barrages dans le Douro, à savoir sur le type d’intervention dont dispose AT dans une opération de cette nature et qui a a soulevé des doutes parmi les députés.

Le 30 mars, EDP a exprimé sa «disponibilité et son intérêt» à clarifier AT sur le transfert de la concession de six barrages à Engie, dans une lettre adressée à la directrice générale de l’entité, Helena Borges.

Dans la lettre, à laquelle Lusa avait alors accès à cette date, la société a déclaré que, «sans préjudice de toute initiative qu’AT entend développer de manière autonome à cet égard, EDP exprime sa disponibilité et son intérêt à clarifier les questions soulevées. en ce qui concerne le cadre fiscal de l’opération, notamment le droit de timbre, sur lequel EDP a agi conformément à l’avis des experts et de bonne foi ».

Le groupe a précisé par la suite qu ‘ »il reste disponible pour fournir des informations permettant à AT de scruter l’opération en question, en tenant compte de la position d’AT, dans un environnement de transparence et de confiance, basé sur un dialogue constructif et efficace ».

Le 13 novembre 2020, il a été annoncé que l’Agence portugaise de l’environnement (APA) avait approuvé la vente de barrages EDP (Miranda, Bemposta, Picote, Baixo Sabor et Foz-Tua) à Engie.

Le 17 décembre, EDP a conclu la vente pour 2,2 milliards d’euros de six barrages du bassin du Douro à un consortium d’investisseurs formé par Engie, Crédit Agricole Assurances et Mirova.

EDP ​​considère que la vente de la concession de barrages au consortium Engie n’a pas bénéficié de l’exonération du droit de timbre prévue par la loi depuis 2020 car la manière dont l’opération s’est déroulée n’est pas soumise à l’impôt.

La compréhension de la société présidée par Miguel Stilwell d’Andrade se retrouve dans les réponses d’EDP aux 17 questions du bloc de gauche et dans d’autres approuvées par la commission parlementaire de l’environnement, sur un total de 21, sur l’activité de vente de la concession de six barrages dans le Douro.

Le ministère de l’Environnement et de l’Action pour le climat considère qu’il n’y a pas de place pour une réévaluation de la valeur de la redevance sur les ressources en eau (HRT) après la vente des barrages EDP à Engie, selon une clarification publiée aujourd’hui.

Cette note est connue le jour où le PSD a de nouveau interrogé le gouvernement sur le processus d’approbation et de transmission des barrages EDP, demandant pourquoi «l’évaluation économique approfondie» défendue par l’Agence portugaise de l’environnement (APA) n’a pas été réalisée.

FYP (ALYN / LT) // ACG