« Le Portugal a reçu la nouvelle de l’expulsion de cinq employés de notre ambassade à Moscou. Nous répudions ces expulsions, car elles sont injustifiées, sauf en cas de pures représailles. Les employés que nous avons expulsés de l’ambassade de Russie à Lisbonne menaient des activités qui n’étaient pas conformes à leur statut au regard de la Convention de Vienne [sobre Relações Diplomáticas]», a déclaré le ministre aux journalistes à Dili.

Selon João Gomes Cravinho, « les cinq fonctionnaires expulsés de Moscou, au contraire, se sont toujours comportés de manière irréprochable face à leurs obligations au titre de la Convention de Vienne ».

« Je tiens à souligner que notre ambassade reste fonctionnelle, avec moins de monde, mais elle reste en fonction », a ajouté le ministre, qui s’exprimait en marge de la cérémonie d’investiture du nouveau président de la République du Timor-Leste, José Ramos. – Horta.

« L’important est que notre ambassade reste fonctionnelle », a-t-il estimé.

Le ministre des Affaires étrangères a déclaré que « le gouvernement russe a fait une déclaration indiquant qu’il y avait une attitude hostile de la part du Portugal », une justification qu’il a rejetée.

« L’attitude n’était pas hostile, l’attitude consistait simplement à considérer que les employés de l’ambassade de Russie à Lisbonne qui ont un statut diplomatique et sont donc soumis aux règles de la Convention de Vienne, doivent se comporter conformément à ces règles. Lorsque ce n’est pas le cas, le Portugal a naturellement le droit d’expulser », a-t-il répliqué.

Quant aux employés de l’ambassade du Portugal à Moscou, le ministre a exprimé une « grande appréciation » pour leur travail, qu’il a qualifié de « toujours impeccable, conformément aux instructions reçues de Lisbonne et dans le respect des règles de la Convention de Lisbonne ».

« Quoi qu’il en soit, la Russie a compris que c’était une raison suffisante pour expulser. Nous ne sommes pas d’accord », a-t-il ajouté.

Interrogé sur ce que le gouvernement portugais compte faire, il a répondu : « Selon les règles de la convention de Vienne, l’État d’accueil, en l’occurrence la Russie, a le droit d’expulser des personnes comme il l’entend, mais nous le répudions parce qu’il y a aucune justification. Donc on accepte, mais on le regrette et on considère que ce n’est pas justifiable ».

Le ministre a déclaré que les autorités russes avaient identifié « les personnes spécifiques qui devraient être expulsées » et a ajouté que « maintenant, il s’agit de s’occuper de la logistique, mais dans 14 jours, ils partiront ».

La décision de la Fédération de Russie d’expulser cinq employés de l’ambassade du Portugal à Moscou a été annoncée aujourd’hui par le ministère des Affaires étrangères, dans un communiqué.

« L’ambassadeur du Portugal à Moscou a été convoqué ce matin au ministère des Affaires étrangères de la Fédération de Russie, après avoir été informé de l’expulsion de 5 employés de l’ambassade, qui devront quitter la Russie dans les 14 jours », indique le communiqué.

Dans la même déclaration, le gouvernement portugais « réfute la décision des autorités russes, qui n’a d’autre justification que de simples représailles ».

IEL // ACL