Le ministre des Infrastructures, Pedro Nuno Santos, a mis ce vendredi au défi le gouvernement espagnol de « remonter les sabots » pour que la liaison ferroviaire à grande vitesse atteigne la frontière entre les deux pays « à peu près au même moment ».

« Le défi que j’ai lancé ici, c’est que l’Espagne retrousse ses manches pour qu’on ne risque pas d’arriver avec une queue à la frontière et de ne rien avoir de l’autre côté », a déclaré le ministre.

Pedro Nuno Santos, qui s’adressait aux journalistes après avoir conclu, à Melgaço, la conférence « Défis de la coopération transfrontalière, de la connectivité et de l’accessibilité territoriale : quel est le positionnement du territoire du Haut Minho ? », a assuré qu’il ne s’agissait pas « d’une critique », mais « un défi ».

« J’espère que les gouvernements portugais et espagnol pourront se comprendre et, en temps utile, établir cette connexion ferroviaire. Nous faisons ce travail avec le gouvernement espagnol et le travail a toujours été excellent, il s’est bien déroulé et continuera de le faire. C’est un grand objectif commun », a-t-il déclaré, faisant référence à la nouvelle liaison ferroviaire à grande vitesse qui reliera Lisbonne à la Galice.

Dans le discours de clôture de la conférence promue par la Communauté intermunicipale d’Alto Minho, à laquelle ont assisté Jesus Gamallo, directeur général des réactions extérieures et avec l’Union européenne de la Junta de Galicia, Pedro Nuno Santos a assuré au responsable galicien que le Portugal arriverait d’abord.

« Je suis presque sûr que nous arriverons à la frontière en premier, mais nous ne voulons pas arriver à la frontière en premier avec un train qui peut rouler à 300 kilomètres à l’heure et s’arrêter là. Valença gagnera toujours car elle sera à 50 minutes de Porto et à un peu plus de deux heures de Lisbonne », a-t-il déclaré.

Il a souligné que le gouvernement « a une excellente relation » avec la Galice, une région « avec laquelle il est possible de bien travailler, et s’il y a beaucoup de choses qui ne progressent pas, ce n’est pas à cause de la Galice, de Vigo ou d’autres villes de Galice. ”.

« C’est un peu plus vers le centre de la péninsule ibérique », dit-il.

« Nous avons fait une autoroute vers Quintanilha, à la frontière de Trás-os-Montes, et ce qui a été convenu, c’est qu’il y aurait une autoroute de Quintanilha à Zamora. La vérité est que nous avons fait une autoroute jusqu’à Quintanilha et, après cela, c’est une route nationale », faisant référence, ajoutant que cette situation est arrivée à plusieurs gouvernements portugais.

Le ministre a assuré que pour le gouvernement « la priorité est la nouvelle liaison qui reliera Lisbonne à la Galice », pointant la présentation « prochainement » du calendrier du projet.

« Nous partirons de Porto vers le sud, mais nous voulons aussi aller vers le nord, entre Braga et Vigo (Galice) et Braga et Porto. Nous construirons la connexion de Porto au sud, à Lisbonne. La partie nord est plus difficile de Braga au nord que de Braga à Porto. Donc, on va commencer sur ce tronçon, mais évidemment l’objectif est de faire de Porto, l’aéroport de Sá Carneiro, de là à Braga et de Braga à Vigo », a-t-il précisé.

Il a ajouté que, « si dans le passé, l’obsession était la connexion entre Lisbonne et Madrid », « l’obsession » de ce gouvernement, « est de relier Lisbonne à Porto et Porto à Vigo.

« C’est une affaire absolument rangée. C’est notre priorité parce que la région espagnole avec laquelle nous avons la plus grande relation économique, sociale et culturelle est la Galice, et c’est là que nous devons aller en premier. Demain, si nous avons plus d’argent, nous essaierons d’établir une connexion là-bas avec Madrid ».

Pour Pedro Nuno Santos « il n’y a pas à hésiter car le chemin de fer est un moyen de transport d’avenir, dans lequel toute l’Europe investit ».

En octobre, lors de la présentation du Programme national d’investissement (PNI) 2030, le ministre des Infrastructures, a déclaré que les objectifs pour le chemin de fer portent, entre autres, sur la création d’une nouvelle ligne Porto-Vigo (Espagne) d’une durée de un an, heure, ainsi que l’électrification du réseau d’ici 2030.

Le président de la Junta de Galicia, Alberto Núñez Feijóo, a révélé que la nouvelle ligne qui reliera ces deux villes représente un investissement de 900 millions d’euros pour le Portugal, et de 578 millions d’euros du côté espagnol, pour un total de 21 kilomètres.

Le nouveau corridor ferroviaire Atlântico dépend de la construction d’une nouvelle ligne Lisbonne-Porto, et d’une liaison entre Porto et Vigo, pour un investissement total de 5,4 milliards d’euros sur les dix prochaines années. Les nouvelles sections seront construites en gabarit ibérique, mais auront des traverses polyvalentes pour un éventuel passage au standard européen.