Le ministre de la Santé a déclaré aujourd'hui "qu'il n'y a pas de décision politique" de démanteler les services de l'hôpital dos Covões ou tout plan stratégique pour le développement de l'hôpital et du centre universitaire de Coimbra.

Marta Temido a été interrogée par des députés lors d'une audition à la commission parlementaire de la santé, où elle a été entendue aujourd'hui.

«Sur la question de savoir si le gouvernement a une étude technique pour justifier le transfert de services de l'hôpital général (dos Covões) aux hôpitaux de l'Université de Coimbra, no. Base du reclassement d'urgence, non. Je n'étudie pas non plus ce type d'option », a répondu Marta Temido.

"Par ailleurs, il n'y a pas non plus de décision politique", a-t-il ajouté, soulignant que les études techniques "doivent guider quelles sont les options, mais elles doivent aussi être partagées et participées".

Le ministre a également souligné qu'il existe une équipe de direction au Centro Hospitalar e Universitário de Coimbra (CHUC), «qui a commencé ses travaux il y a quelques jours», et a défendu qu'il fallait «parier sur le travail de construction d'un centre hospitalier cohérent , durable, intégré et qui ne favorise aucune de ses institutions d'origine pour quelque raison que ce soit ».

«Et ils m'ont également interrogé sur le plan stratégique. Il n'y a pas non plus de plan stratégique pour le développement de l'hôpital et du centre universitaire de Coimbra. Au moins, il a été livré récemment. Je ne dis pas que par le passé, il n'aurait pas pu exister et même avant la création du centre hospitalier, pour chacune des unités », a-t-il dit.

Plusieurs entités à Coimbra ont dénoncé la vidange présumée de l'hôpital dos Covões et aujourd'hui une caravane de protestation est prévue.

Lundi, l'Assemblée municipale de Coimbra a répudié le «démantèlement et la destruction des services de référence» et le «gaspillage de ressources» dans le domaine de la santé et a exigé que l'administration du CHUC considère l'hôpital dos Covões «d'une importance capitale».

La motion, présentée par le PS, exprime "la répudiation de l'action des administrations sortantes du Centro Hospitalar e Universitário de Coimbra (CHUC)", qui ont "démontré une irréductibilité dans le démantèlement et la destruction des services de référence et le gaspillage des ressources sanitaires de l'organisation".

Dans le même temps, «le processus de fusion des hôpitaux est remis en cause» (en vertu duquel le CHUC a été créé en 2010), ajoute la motion, qui exige de la nouvelle administration du CHUC (déjà nommée) un plan stratégique fonctionnel qui « respecter et considérer «Hospital dos Covões comme une« structure de référence, qui a toujours été et d'une importance primordiale ».

Pour sa part, le nouveau président du conseil d'administration du Centro Hospitalar e Universitário de Coimbra (CHUC), Carlos Santos, a nié que tout processus de disqualification ait lieu à l'Hôpital général.

«Les objectifs et les plans de l'Hôpital général ne sont ni proches ni étroitement associés à une disqualification. Au contraire, il existe une qualification permanente et des projets pour cette unité hospitalière, ce qui est absolument essentiel pour la stratégie du CHUC dans son ensemble », a déclaré le responsable de l'agence de Lusa.

Une pétition intitulée «Rendre l'autonomie à l'hôpital dos Covões du Centro Hospitalar de Coimbra – Pour le droit d'accéder à des soins de santé de qualité» a été déposée à l'Assemblée de la République le 1er juin et est signée par 4 493 pétitionnaires.

Le CHUC comprend les hôpitaux de l'Université de Coimbra (HUC), l'hôpital général central (communément appelé Hospital dos Covões), l'hôpital pédiatrique, les deux maternités de la ville (Bissaya Barreto et Daniel de Matos) et l'hôpital psychiatrique Sobral Cid.

RCS (JEF / AMV) // MLS