« Galp n’a pas été la cible d’une cyberattaque. Le ‘site’ Energiser.pt est un projet éditorial développé en partenariat avec le groupe Impresa et qui est hébergé sur les serveurs de ce groupe de médias, sans aucune relation avec les ‘sites’ de Galp ou avec l’activité de l’entreprise », a-t-il expliqué au responsable de Lusa. source de Galp.

Dimanche, Impresa a confirmé que les sites Expresso et SIC, ainsi que certaines de leurs pages sur les réseaux sociaux, étaient temporairement indisponibles en raison d’une attaque informatique et que des « actions pour résoudre la situation » étaient en cours. .

Selon CNN Portugal, « les sites Internet du journal portugais Expresso et SIC et SIC Notícias ont été attaqués par un groupe de ‘hackers’, connu sous le nom de Groupe Lapsus, aux premières heures de ce dimanche », exigeant « le paiement d’une rançon pour débloquer l’accès ».

Selon la station, « le ‘site web’ du magazine Blitz a également été touché par l’attaque ‘ransomware' » (un type de ‘malware’, ou ‘logiciel’ malveillant, qui restreint l’accès au système infecté avec une sorte de blocage et facture une rançon en crypto-monnaies afin que l’accès puisse être rétabli).

« Les données seront divulguées si le montant nécessaire n’est pas payé. Nous avons accès aux panneaux « cloud » (AWS) parmi d’autres types d’appareils. Le contact pour le sauvetage est ci-dessous », pouvait-on lire dans le message fourni par le groupe à l’adresse de l’hebdomadaire.

Les valeurs demandées par le groupe n’ont pas été détaillées.

Cependant, Impresa a annoncé qu’elle déposerait une plainte pénale contre les auteurs.

« Le groupe Impresa a travaillé avec les autorités compétentes, à savoir avec la police judiciaire et le Centre national de cybersécurité, et va déposer une plainte pénale », lit-on dans le communiqué transmis dimanche à l’agence de presse Lusa.

Impresa a qualifié l’événement d' »attaque inédite contre la liberté de la presse au Portugal à l’ère numérique », et déclare que les pages d’Expresso et de SIC, « ainsi que certains de leurs réseaux sociaux, étaient ce matin [domingo] cible d’une attaque informatique ».

« Les journalistes des deux médias d’Impresa continuent de rendre compte des événements les plus pertinents dans le pays et dans le monde à travers les pages qui restent actives dans Expresso (#liberdadeparainformar) et SIC, sur Facebook, Linkedin et Instagram », a-t-il également souligné. compagnie le dimanche.

MPE (ALU/EL/PD) // CSJ

Le contenu Revista da Galp n’est pas disponible mais l’entreprise garantit qu’elle n’a pas été la cible d’une cyberattaque apparaît en premier dans Visão.