«Nous avons assisté à des affrontements violents et inquiétants lors des manifestations à New York. Nous avons tous vu les vidéos et je demanderai au procureur général de l'État, Laetitia James, d'enquêter sur les actions et les procédures utilisées », a déclaré Cuomo lors d'une conférence de presse.

Le gouverneur a souligné que "le public mérite des réponses et une responsabilité", ajoutant qu'après s'être entretenu avec le maire de New York, Bill de Blasio, ils étaient convenus de la nécessité d'une "enquête indépendante" sur les événements.

À l'origine des manifestations à New York se trouve la mort lundi, aux mains de la police de Minneapolis, Minnesota, de George Floyd, un citoyen noir qui n'était pas armé et n'a opposé aucune résistance à l'arrestation.

La manifestation, qui a commencé dans les rues de Minneapolis, a été reproduite dans les villes du pays et vendredi à New York, environ 3 000 personnes sont descendues dans les rues pour demander justice pour la mort de Floyd.

Environ 200 personnes ont été arrêtées, principalement lors de manifestations dans le quartier de Brooklyn, et une dizaine de policiers, ainsi que plusieurs manifestants, ont été blessés, certains gravement.

Des vidéos publiées sur les réseaux sociaux montrent un recours excessif à la force contre des manifestants pacifiques, notamment une femme qui a été blessée à la tête après une poussée violente et apparemment injustifiée de l'un des policiers.

Avec de nouvelles manifestations prévues dans divers quartiers de New York ce samedi, Cuomo a insisté sur le fait que "la violence n'est pas la réponse, elle ne l'est jamais", rappelant les mots de l'activiste emblématique Martin Luther King: "Répondre à la haine par la haine ne fait que multiplier la haine".

La conférence de presse de Cuomo est intervenue peu de temps après que le commissaire de police de New York Dermot Shea a défendu les actions des agents et a affirmé que la police avait été attaquée à plusieurs reprises par des manifestants qui, a-t-il dit, ont jeté des briques et des «cocktails» »Molotov, dont l'un a percuté un fourgon de police avec des agents à l'intérieur.

"Nous avons de la chance qu'il n'y ait pas de décès aujourd'hui", a-t-il déclaré.

Vendredi, la première manifestation a eu lieu à Foley Square, à Manhattan, mais les actions les plus violentes ont eu lieu à Brooklyn, où une voiture de police a été brûlée et un poste de police endommagé.

Il y a eu plusieurs moments de grande tension avec les charges de la police et l'utilisation de gaz lacrymogène.

Pendant les manifestations, les mots "je ne peux pas respirer" – que Floyd a dit au policier qui lui a mis le genou au cou – ont été répétés avec insistance par les manifestants, qui ont demandé justice pour le également afro-américain Eric Garner, décédé à New York, en Juillet 2014, lors d'une autre opération policière.

CFF // JMR