«L'une des stratégies que nous avons pour faire face à cette réalité (de l'exploitation minière illégale) est de travailler avec les communautés pour promouvoir les associations et les coopératives», a déclaré Max Tonela.

Le ministre a évoqué l'exploitation minière illégale, s'adressant à des journalistes, en marge d'une visite à Mozambique Mining Resources (MMC), dans le district de Macanga, province de Tete, au centre du Mozambique.

L'organisation des mineurs illégaux permettra leur intégration rapide dans le circuit légal de l'activité et la connaissance de procédés de production plus avantageux et écologiquement durables.

«Avec la formalisation de l'exploitation minière illégale, nous voulons nous assurer que la commercialisation permette des gains pour le pays et pour les familles mozambicaines», a souligné ce responsable.

En revanche, a-t-il poursuivi, les autorités mozambicaines parient sur la conclusion du «Processus de Kimberley», un mécanisme international qui permet de certifier l'origine des minerais, à l'exclusion de ceux qui proviennent de zones de guerre ou qui résultent d'une exploitation en violation des droits de l'homme.

Le directeur général de l'Institut national des mines (Inami), Adriano Sênvano, a déclaré à l'époque que des centaines de sites au Mozambique sont le théâtre d'une exploitation minière illégale et que des centaines de milliers de personnes participent à l'activité.

Adriano Sênvano a déclaré qu'un recensement sur l'exploitation minière illégale sera effectué afin d'obtenir des données sur l'activité, à savoir le nombre de mineurs, l'âge, la nationalité et les motivations.

"L'idée est que les résultats du recensement nous aideront à apporter l'argent perdu avec l'activité à l'économie nationale et à faire voir aux illégaux qu'ils gagnent aussi en faisant partie d'une entreprise légale", a ajouté Sênvano.

En revanche, a-t-il poursuivi, l'Etat s'est engagé à faciliter les procédures d'octroi des titres miniers afin d'inciter les opérateurs à régulariser l'activité.

Le directeur d'Inami a estimé les pertes causées à l'État par l'exploitation minière illégale à «des millions de dollars».

En termes de recettes fiscales, l'État mozambicain lève annuellement 120 millions de dollars (101 millions d'euros), notamment en métaux et pierres précieuses légalement extraits.

PMA // VM

Le contenu Le gouvernement mozambicain défend les associations et coopératives pour mettre fin à l'exploitation minière illégale apparaît d'abord à Visão.