La nouvelle loi sur la sécurité nationale adoptée par Pékin est "l'événement le plus important" pour Hong Kong depuis le transfert de souveraineté à la Chine en 1997, a défendu aujourd'hui le directeur général du territoire semi-autonome.

"La loi sur la sécurité nationale est un tournant entre le chaos et la bonne gouvernance", a déclaré Carrie Lam lors d'une cérémonie marquant le 23e anniversaire du retour de l'ancienne colonie britannique en Chine.

Ce texte constitue «l'événement le plus important dans les relations entre le gouvernement central et Hong Kong depuis le transfert», a-t-il affirmé.

Adoptée mardi par le président chinois Xi Jinping, après avoir été adoptée par le Comité permanent de l'Assemblée populaire nationale, la nouvelle loi permet de sanctionner quatre types de crimes contre la sécurité de l'État: les activités subversives, la sécession, le terrorisme et la collusion avec les forces étrangères qui mettent la sécurité nationale est menacée.

Dans ce domaine, la Chine continentale est compétente pour traiter directement cette question, dans trois hypothèses: s'il s'agit de cas complexes d'ingérence étrangère, s'ils sont classés comme «très graves» et si des «menaces sérieuses et réelles» compromettent la sécurité nationale.

La loi est entrée en vigueur, un peu plus d'un an après le début des grandes manifestations à Hong Kong contre l'influence du gouvernement central.

Une telle législation, imposée en quelques semaines par Pékin, ignorant le conseil législatif de Hong Kong, fait craindre à l'opposition de Hong Kong une baisse sans précédent des libertés sur ce territoire de 7,5 millions d'habitants, qui bénéficie actuellement d'un statut semi-autonome. .

Aux Nations Unies, 27 États ont demandé à la Chine de reconsidérer la loi, affirmant qu'elle "menace" les libertés à Hong Kong.

Carrie Lam, fidèle à Pékin, a dit le contraire. La nouvelle loi "n'affaiblira pas l'indépendance judiciaire et le haut degré d'autonomie de Hong Kong, et ne portera pas atteinte aux libertés et aux droits du peuple de Hong Kong", a-t-il déclaré dans le discours.

Les critiques des gouvernements étrangers constituent "des attaques calomnieuses et malveillantes", a-t-il ajouté.

La législation promulguée mardi par Pékin permet de sanctionner les activités séparatistes, "terroristes", la subversion ou même l'ingérence étrangère à Hong Kong, théâtre de violentes manifestations pro-démocratie en 2019, qui ont abouti à plus de neuf mille arrestations.

Les crimes contre la sécurité nationale sont désormais passibles de la réclusion à perpétuité à Hong Kong.

Hong Kong est retourné en Chine en 1997 dans le cadre d'un accord qui garantissait au territoire 50 ans d'autonomie et de libertés inconnues du reste du pays, selon le principe «Un pays, deux systèmes».

Comme à Macao depuis 1999, Hong Kong a convenu d'une période de 50 ans avec un degré élevé d'autonomie, au niveau exécutif, législatif et judiciaire, le gouvernement central chinois étant responsable des relations extérieures et de la défense.

JMC // JMC

Le gouvernement de Hong Kong affirme que la loi de Pékin est un "événement le plus important" après le transfert apparaît d'abord dans Vision.