Le Gouvernement a été critiqué, ce mardi 15 mars, à l’Assemblée de la République, pour ne pas avoir baissé la Taxe sur les produits pétroliers (ISP), les partis d’opposition estimant également que les mesures de compensation des hausses des prix des carburants et de l’énergie sont insuffisantes .

Dans un débat parlementaire sur le prix du carburant, soulevé par le PCP, il appartenait au ministre de l’Environnement et de l’Action pour le climat, João Pedro Matos Fernandes, de représenter le gouvernement, seul, car les secrétaires d’État et de l’Énergie, João Galamba , et l’inspecteur, António Mendonça Mendes, étaient absents car ils ont été testés positifs au Covid-19.

Dans son discours initial, João Pedro Matos Fernandes a annoncé que le Portugal négociait une proposition avec l’Espagne – qui sera présentée à Bruxelles – qui vise à imposer des plafonds de prix sur le marché de gros ibérique de l’électricité.

Il a également annoncé qu’il lancerait une vente aux enchères d’éolien offshore lors de la prochaine législature, pour profiter du vent dans la mer portugaise.

Concernant les conséquences de l’invasion russe de l’Ukraine, il a assuré qu’« il n’y a pas de contraintes » dans la disponibilité des différents produits énergétiques et a énuméré les mesures déjà annoncées par le gouvernement pour minimiser l’impact de la hausse des prix du carburant, à savoir le renforcement de l’Autovaucher et la compensation de l’augmentation de la TVA par la réduction de l’ISP.

Dans la première intervention après celle du ministre, Afonso Oliveira, du PSD, a accusé le gouvernement d’avoir systématiquement augmenté la perception des impôts avec des taxes sur le carburant, en ayant, au lieu d’une « politique fiscale neutre », une autre qui « a toujours aggravé le dernier le prix ».

« L’Etat ne peut pas être le principal bénéficiaire de la hausse des prix du carburant », a-t-il déclaré.

Matos Fernandes a répondu que l’augmentation au cours des législatures actuelles et précédentes résulte de l’application de la taxe carbone décidée par le gouvernement PSD-CDS, avec laquelle il est d’accord, et a déclaré que l’application de la taxe a été minimisée, limitant l’augmentation des prix.

Toutes les parties ont demandé au gouvernement pourquoi la taxation n’était pas réduite, par la réduction de l’ISP ou la fin de la « double imposition », du fait que la TVA, dans le cas du carburant, est également prélevée sur l’ISP.

Marges et résultats de Galp

À gauche, BE et PCP ont critiqué les marges des compagnies pétrolières, les bloqueurs se demandant comment le gouvernement va limiter les marges dans la chaîne de valeur du secteur pétrolier et le PCP a défendu que ce serait l’une des mesures à prendre, puisque , selon le député communiste Duarte Alves, « les mesures du gouvernement sont insuffisantes ».

Tous deux ont pointé du doigt les bénéfices de Galp, soulignant que la marge de la compagnie pétrolière avait augmenté pendant la crise provoquée par la pandémie.

« Comment expliquez-vous les 406 millions d’euros de dividendes du Galp ? », a demandé le chef de file parlementaire de BE. « N’est-ce pas le résultat d’une spéculation ? » demanda-t-il encore.

Galp a renoué avec les bénéfices l’an dernier, avec un bénéfice net de 457 millions d’euros, qui contraste avec la perte de 42 millions d’euros enregistrée en 2020.

La compagnie pétrolière justifie les « résultats robustes », avec une « forte contribution du en amont [exploração e produção de petróleo]malgré les défis « rencontrés » dans le en aval”.

Matos Fernandes a refusé de commenter les résultats de Galp, mais a convenu de la nécessité de réguler les marges dans la chaîne de valeur.

« Les marges, dans les deux années les plus sombres de la pandémie, ont beaucoup augmenté », a-t-il déclaré.

Le ministre de l’Environnement a également déclaré que l’État « ne fixe pas ni ne veut fixer » le prix du litre de diesel ou d’essence.

« Il ne fixe ni ne veut le réparer, car avec cela il pourrait entraîner les stations-service, avec tout le respect que je lui dois, vers cette valeur de référence et avec cette augmentation des prix », a-t-il averti.