Dans une interview publiée aujourd'hui avec le journal Público, à l'occasion de la Journée internationale des personnes handicapées, la secrétaire d'État à l'inclusion, Ana Sofia Antunes, a déclaré que l'emploi est une priorité pour l'année prochaine, soulignant que le chômage des personnes handicapées a augmenté pendant la pandémie de covid-19 étant près de 13 000 personnes enregistrées.

«Notre priorité consiste à investir dans un programme de soutien à l'employabilité, en créant des investissements supplémentaires non seulement à partir des mesures de soutien à l'emploi de l'Institut de l'emploi et de la formation professionnelle (IEFP), mais également en incitant les entreprises à embaucher des personnes handicapées», a déclaré .

Ana Sofia Antunes dit qu'elle aimerait "repenser certaines mesures qui existent pour renforcer le soutien, à savoir le contrat de travail soutenu par un marché ouvert et créer des valorisations plus dignes du nom en termes d'autres mesures qui existent déjà".

«Par exemple, si je donne un soutien à quelqu'un qui embauche une personne sans handicap, je dois lui donner ce soutien plus un pourcentage considérable si j'embauche une personne handicapée. Nous devons également soutenir les personnes à la recherche d'un emploi. Et ici, oui, il y a une nouvelle réponse qu'il est temps de créer et que nous allons essayer de mettre sur le terrain, dans une première phase avec Santa Casa da Misericórdia de Lisboa », a-t-il déclaré.

Interrogé pour savoir s'il s'agit d'une agence pour l'emploi des personnes handicapées, le secrétaire d'État souligne qu'il est pensé de cette manière, mais passe par un partenariat étroit entre Santa Casa da Misericórdia de Lisboa, l'Institut national de réadaptation et l'IEFP .

"C'est un travail à trois pour que nous puissions y arriver: la rencontre entre les personnes qui recherchent un emploi et les entreprises qui ont des postes vacants ou sont prêtes à les ouvrir pour ces personnes", a-t-il déclaré.

Ana Sofia Antunes a expliqué que la première équipe sera à Lisbonne, mais que le projet devrait se développer à l'échelle nationale.

"Dans la première phase, nous répondrons probablement davantage à Lisbonne, mais nous recevrons des candidatures de tout le pays et nous procéderons à des évaluations dans tout le pays", a-t-il déclaré, ajoutant que le projet démarrera au premier trimestre 2021.

«Je ne peux pas encore spécifier de date. Il y a des protocoles à finaliser. Parfois, il faut signaler, travailler les gens parce qu'ils ont déjà renoncé à chercher, les familles qui ne croient pas. Vous devez rencontrer l'entreprise appropriée pour recevoir cette personne et faire un suivi. Les entreprises ressentent une certaine insécurité. Il est important d'avoir quelqu'un à contacter en cas de doutes ou de problèmes », a-t-il souligné.

Interrogée sur l'existence de préjugés, Ana Sofia Antunes considère qu '«il y a une résistance naturelle à accepter ce qui est différent».

«Je ne vais pas dire qu'il y a une tendance à traiter plus mal les personnes handicapées, mais je pense que quiconque n'a jamais travaillé avec une personne handicapée résiste. Il ne l'a jamais fait, il ne sait pas comment cela peut être, il pense que cela peut être très difficile. Il faut déconstruire », a-t-il déclaré.

Dans l'entretien avec Público, Ana Sofia Antunes a également rappelé que la Stratégie nationale pour l'inclusion des personnes handicapées 2021-2025 est en discussion publique jusqu'à la veille de Noël et que jusque-là elle reçoit des contributions pour améliorer cette stratégie.

Le document, selon Público, couvre huit axes, dont l'égalité et la non-discrimination, l'éducation, l'emploi et les loisirs, l'environnement inclusif, le soutien social et la promotion d'une vie indépendante.

«Je ne l'ai pas fait plus tôt, je l'avoue, en raison d'un handicap. Nous avions vécu une période de grande austérité. Il était précieux d'agir immédiatement. Ainsi, nous procédons à la réforme des prestations sociales, de la prestation sociale pour l'inclusion, du modèle de soutien à la vie autonome (MAVI). Nous avions ce travail plus ou moins orienté à la fin du dernier mandat, cela ne semblait pas être le bon moment pour lancer une nouvelle stratégie », a-t-il déclaré.

Le secrétaire d'État a déclaré que des projets pilotes étaient en cours depuis environ un an, notant que MAVI couvre 870 bénéficiaires (chiffres d'octobre).

«Les projets pilotes auront trois ans. Il y a des entités qui développent ce pilote, qui ont des personnes sur la liste d'attente et qui aimeraient se développer. Par conséquent, nous travaillons pour que, grâce à la publication d'une ordonnance, nous puissions élargir les bénéficiaires de 25% supplémentaires. Nous voulons que les personnes souffrant de tous types de handicaps puissent accéder à MAVI, car il est différent d'avoir une assistance personnelle lorsque vous avez une déficience motrice ou visuelle ou une déficience cognitive », a-t-il déclaré.

DD // SB