Le gouvernement a approuvé ce jeudi, en Conseil des ministres, le paquet de mesures législatives modifiant la législation du travail pour intégrer les normes incluses dans l’Agenda du travail décent, dans lequel le gouvernement est impliqué et négocie avec les partenaires sociaux depuis juillet 2020. La liste comprend une augmentation des indemnités de départ de douze à 24 jours par an dans les contrats à durée déterminée, faisant ainsi une concession à gauche au moment des négociations sur le budget de l’État pour 2022 (OE2022).

« Ce fut un long processus de discussion, cherchant à atteindre les objectifs identifiés comme prioritaires en termes de marché du travail au vu des défis et des faiblesses qui étaient évidents dans la pandémie, a contextualisé le ministre du Travail, de la Solidarité et de la Sécurité sociale, dans le Compte rendu à la fin de la réunion, qui a duré plusieurs heures.

Ana Mendes Godinho dit que l’objectif du gouvernement, avec le feu vert pour ces normes, était de mettre en œuvre les différentes mesures qui ont été discutées au cours de ces mois, qui concernent la « valorisation » des jeunes sur le marché du travail et la lutte contre la précarité.

Ainsi, dans le cadre de la lutte contre le recours abusif au travail temporaire, l’Exécutif a créé des règles pour empêcher la succession de contrats d’utilisation dans les entreprises d’un même groupe afin d’éviter d’inclure des personnes dans le travail temporaire.

Sans surprise, le Conseil des ministres a approuvé l’interdiction d’utiliser des l’externalisation dans les entreprises qui procèdent à des licenciements collectifs et jusqu’à quatre renouvellements de contrats temporaires. De plus, le responsable du dossier de travail a confirmé le renouvellement jusqu’en 2024 de la suspension des périodes de validité des conventions collectives et le renforcement de l’arbitrage nécessaire.

Les mesures approuvées par le Conseil des ministres ont également été soutenues par des partis tels que le Bloc de gauche (BE) et le Parti communiste portugais (PCP), qui négocient actuellement la proposition OE2022 avec le gouvernement.

Selon la ministre de la Présidence et de la Modernisation administrative, Mariana Vieira da Silva, les mesures approuvées visent à « lutter contre la précarité, renforcer les droits des travailleurs, accroître la protection des jeunes et améliorer l’équilibre entre vie professionnelle et vie familiale ».

La décision fait suite à la réunion du ministre du Travail et de la Solidarité sociale, mercredi, avec les syndicats et les employeurs pour discuter de l’Agenda du travail décent. « C’est un agenda dont nous avons commencé à discuter en juillet 2020. Il est dynamique et évolutif en fonction des apports, ce qui nous a permis d’atteindre ces résultats après ces mois de travail », a assuré Ana Mendes Godinho en marge de la réunion.

Cependant, le ministre n’a pas manqué de mentionner que : « Toute proposition, tant qu’elle n’a pas été approuvée, est ouverte ». « Dans ce cas, ce que nous avons construit, c’est un projet de loi à présenter à l’Assemblée de la République (AR). Le gouvernement approuvera une proposition de loi relevant de la compétence de l’AR, nous la présenterons donc à l’AR. Même aujourd’hui, les partenaires sociaux sont revenus pour parler de certaines mesures et, donc, naturellement, jusqu’à ce que l’approbation soit un document ouvert », a complété le responsable.