Le Conseil des ministres a approuvé ce jeudi le programme du XXIIIe Gouvernement constitutionnel. La réunion, qui devait avoir lieu ce matin, avait un Compte rendu avec des journalistes cet après-midi au Palácio da Ajuda mais a été reporté à ce vendredi 1er avril. Le document est actuellement débattu à l’Assemblée de la République en vertu de la Constitution.

« Le programme du gouvernement est connu. C’est le programme électoral que nous avons présenté aux Portugais, et que demain (aujourd’hui, jeudi) nous approuverons formellement en Conseil des ministres, afin que la semaine prochaine nous puissions en discuter au bon endroit, l’Assemblée de la République », a déclaré António Costa mercredi lundi dans son discours inaugural en tant que Premier ministre.

Contrairement à l’habitude, il n’y aura pas de conférence de presse après la réunion gouvernementale d’aujourd’hui, reportée à vendredi, à 15h00. Le programme sera également dévoilé vendredi, lors de sa remise à l’Assemblée de la République.

L’exécutif ne souhaite donc pas que des informations soient divulguées avant que le document n’arrive entre les mains des députés. Le programme sera ensuite débattu en plénière par les députés la semaine prochaine, les 7 et 8 avril.

Le programme électoral du PS, qui va désormais se transformer en programme de l’Exécutif, prévoit la conclusion d’un accord de concertation sociale pour porter le salaire minimum national à 900 euros en 2026, une mesure accompagnée d’un nouveau cadre fiscal pour les entreprises. Le programme prévoit également une augmentation globale des salaires de 20 % d’ici 2026 et la discussion au sein de la concertation sociale du passage à quatre jours de travail par semaine.

Une augmentation de dix euros des pensions les plus basses, la réduction de l’IRS pour les jeunes et la gratuité des garderies sont d’autres mesures du programme électoral du Parti socialiste, ainsi que des aménagements de la structure de l’IRS et de l’IRC afin de stimuler la amélioration des revenus salariaux, en veillant à ce que les travailleurs ne soient pas lésés et en profitant aux entreprises qui encouragent les bonnes pratiques salariales.

Dans le domaine de la santé, le programme vise à renforcer les unités de santé familiale qui couvrent au moins quatre personnes sur cinq. En termes de dette publique, l’objectif est qu’elle soit inférieure à 110 % du produit intérieur brut (PIB) à la fin de la législature et que les revenus des travailleurs augmentent en moyenne de 20 %.

Certaines de ces mesures ont été incluses dans le budget de l’année prochaine, qui était l’une des bannières socialistes pendant la campagne électorale.

Selon la Constitution, le débat sur le programme du gouvernement « ne peut excéder trois jours et, jusqu’à sa conclusion, tout groupe parlementaire peut proposer le rejet du programme ou le gouvernement peut demander l’approbation d’un vote de confiance ».

Le XXIIIe gouvernement constitutionnel a pris ses fonctions mercredi. Lors de l’investiture de son nouvel exécutif, le Premier ministre António Costa a promis un gouvernement de dialogue, rappelant que « la majorité absolue est une responsabilité absolue ».

À son tour, le président de la République, Marcelo Rebelo de Sousa, a déclaré que la majorité absolue n’est pas le pouvoir absolu et que le gouvernement n’a ni excuse ni alibis.