Le Service national de santé (SNS) n'a toujours pas réussi à atteindre les objectifs d'équilibre définis dans les budgets initiaux entre les années 2013 et 2019 en raison d'une sous-budgétisation continue des dépenses, dénonce aujourd'hui le Conseil des finances publiques (CFP).

Dans son premier rapport sur le NHS, l'organisme indépendant chargé d'évaluer la conformité et la viabilité de la politique budgétaire révèle également que la mise en œuvre du NHS au cours de ces six années reflète un solde négatif cumulé de 2796 millions d'euros (déficit moyen de 399 millions) , avec 48% (1354 millions) du total résultant uniquement de 2018 (733 MEuro) et 2019 (631 MEuro).

«Entre 2013 et 2019, l'objectif fixé dans le budget initial pour le solde SNS n'a jamais été atteint, le solde vérifié étant nettement moins bon que le solde budgété, avec des écarts défavorables allant de 42 MEuro (2017) à 531 MEuro (2019 ). Ces écarts négatifs résultaient d'une sous-budgétisation des dépenses, qui était, en moyenne, de 6% supérieure à celle qui était budgétisée », peut-on lire dans la note accompagnant la publication du document.

Les chiffres analysés par la PCP, qui identifie «des difficultés à planifier les ressources financières nécessaires pour le SNS et à mettre en œuvre des politiques visant à contenir les dépenses dans les limites budgétaires approuvées par l'AR (Assemblée de la République)», pointent dans ces six années à un rythme la hausse des dépenses, qui est passée de 0,5% en 2013 à 4,8% en 2019, la part du SNS dans les dépenses publiques totales passant de 10,4% la première année à 11,8% l'année dernière.

Dans le même temps, les dépenses du SNS en pourcentage du produit intérieur brut (PIB) nominal ont atteint 5,03% en 2019, restant relativement stables, compte tenu de la croissance du PIB au cours de cette période.

Alors que les dépenses en capital ont toujours été inférieures à 2% entre 2013 et 2019, ce qui montre une «expression moindre de l'investissement», les dépenses courantes ont constitué 99% des dépenses totales depuis 2017, la quasi-totalité des dépenses étant concentrées dans trois domaines l'année dernière: frais de personnel (42%, avec une croissance de 7,3% en 2019), fournitures et services externes (39,3%, croissance de 2,3% en 2019) et achats de stocks (18,3 %, croissance de 4,9% en 2019).

En ce sens, la PCP prévient que «le NHS aura besoin de fonds supplémentaires pour répondre aux besoins de santé de la population» et que «l'effet financier immédiat des déficits du NHS, qui représentent un déséquilibre économique persistant, est l'augmentation de la dette. aux fournisseurs externes », qui s'élevait à 1 589 millions d'euros à fin 2019, malgré des injections de capitaux successives et qui s'élevait à 2 188 millions sur ces six années.

Un acte continu, une dégradation des délais moyens de paiement est également identifiée par l'organisme indépendant, puisque 39 entités – représentant plus de 66% du total des 54 entités qui composaient le SNS au 31 décembre 2019 – ont une durée de paiement aux fournisseurs sur 60 jours.

JYGO // ZO

Le contenu du Conseil des finances publiques dénonce la sous-budgétisation du SNS entre 2013 et 2019 apparaît en premier dans Visão.