« Cette semaine, nous avons entendu une autre nouvelle du ministre de la Justice [Francisca Van Dunem], qui est une « boîte de Pandore » », qui était « le placement de son adjoint à la DCIAP », c’est-à-dire à la Direction centrale des enquêtes et des poursuites pénales, a précisé le chef du CDS-PP.

Intervenant à Montemor-o-Novo, dans le district d’Évora, dans la présentation des candidats aux municipales, Francisco Rodrigues dos Santos a fait allusion à cet exemple pour défendre qu’il faut « mettre fin, une fois pour toutes, à cette promiscuité qui existe entre la justice et la politique ».

« Et nous devons mettre fin à cette ‘danse des chaises’ parmi ceux qui sont au tribunal et ensuite aller en politique et de la politique ils sont transférés à la justice afin de rendre service au parti au pouvoir », a-t-il souligné.

Ce jeudi, le magazine Sábado a rapporté que le procureur Carolina Menéres Pimentel Berhan da Costa, « qui était dans le bureau » de Francisca Van Dunem, a été « placé à la DCIAP », c’est-à-dire « a été choisi pour l’organe qui enquête sur divers membres du gouvernement ».

Le président du CDS-PP a défendu aujourd’hui que « la justice doit être aveugle », pour « être forte avec les forts et pas seulement les faibles », mais « elle ne peut pas être si aveugle que je ferme les yeux sur cette petite honte ». , ce manque d’éthique et de morale dans la séparation entre politique et justice ».

« Parce que la justice ne peut pas être un problème dans la lutte contre la corruption. Il faut que ce soit une solution et, si la justice commence à se politiser avec les amis du PS, à qui le PS doit des faveurs, nous brisons un pilier fondamental de notre Etat de droit démocratique, qui est justement le caractère indépendant de la justice. argumenté.

Pour le leader « populaire », cette « danse de chaise » est « hautement dangereuse » et « sérieuse et révèle une stratégie » « très simple » du PS.

« Le PS s’occupe des instances qui doivent être indépendantes pour remplir leur mission, comme c’est le cas avec les tribunaux. Le PS occupe l’Etat à travers les personnes en qui il a confiance, comme cela s’est produit à plusieurs reprises au cours de cette législature », a-t-il accusé.

Francisco Rodrigues dos Santos a déclaré que «c’est ce qui s’est passé à la Cour des comptes, au bureau du procureur général, à la Banque du Portugal, au procureur européen et, maintenant, cela se produira également à l’AMT [Autoridade da Mobilidade e dos Transportes], où Ana Paula Vitorino, avec une opinion positive indicible du CRESAP, se prépare à être la nouvelle présidente ».

Le PS, a-t-il critiqué, n’est plus « préoccupé par le pays », mais « uniquement par le parti ».

« Le PS occupe l’appareil d’État, très semblable à ces occupations qui ont eu lieu dans l’Alentejo ici il y a 40 ans. Ils veulent être les propriétaires de l’appareil bureaucratique de l’État, mettant des amis et des membres de la famille, afin qu’ils soient plus à même de contrôler complètement la vie du pays et des institutions démocratiques », a-t-il affirmé.

António Pinto Xavier dirige la coalition CDS-PP/PSD « Ensemble pour faire des choses différentes » au Conseil de Montemor-o-Novo, avec une majorité CDU, dans les conseils municipaux de cette année.

RRL // MAG