Adalberto Costa Júnior, qui a pris la parole aujourd’hui lors du lancement de la campagne préélectorale de l’UNITA, dans la municipalité de Cazenga, à Luanda, la capitale angolaise, a dénoncé la détention de nombreux jeunes à travers le pays comme une forme d’intimidation.

« Nous avons suivi avec beaucoup de douleur l’arrestation de nombreux jeunes, par respect pour l’indépendance de la justice, nous avons été très silencieux, mais nous ne sommes pas restés à l’écart de la solidarité, il n’y a jamais eu de manque de solidarité de notre part » , a déclaré Adalberto Costa Júnior dans un discours impromptu de près d’une heure et demie.

Selon le chef de l’UNITA, « un peu partout dans le pays, depuis un certain temps » il y a eu des arrestations de plusieurs jeunes, dans les provinces de Cuando Cubango, Benguela, Huíla, Luanda, Cabinda, Uíje, à Lundas, « à travers le pays ».

« Pour que la force de la jeunesse n’entretienne pas cette volonté de se battre pour un avenir meilleur, pour que les jeunes se sentent menacés et effrayés, dans leur désir de participer », a-t-il souligné.

Le politicien a appelé à la non-violence, rappelant les actes et le vandalisme qui ont eu lieu en janvier de cette année à Luanda, à la suite d’une grève des chauffeurs de taxi, au cours de laquelle des jeunes ont été arrêtés, une situation qui a blâmé le parti.

« Lorsque nous identifierons le risque de violence, l’agression contre nous, mes amis, n’est pas un acte de lâcheté, nous tournerons le dos et irons dans l’autre sens. Sinon, tout est prêt pour dire que la faute n’est que d’un côté et qu’on ne peut pas mettre le pied sur la peau de banane », a-t-il déclaré.

« Les élections sont une fête, personne ne devrait avoir peur des élections, les élections consistent à donner au peuple le pouvoir qu’il a toujours eu de décider qui nous gouverne et nous, les politiciens, devons savoir que notre mandat est temporaire », a-t-il ajouté.

Le politicien a demandé aux personnes présentes à l’acte très fréquenté et à la population angolaise de « ne pas être dupe ».

« Vous avez tous vu le match, n’est-ce pas ? Seront-ils à nouveau trompés ? La force du changement est là, elle est vaste, en août c’est l’alternance du pouvoir. Il n’est pas possible d’ignorer toute cette masse, qui est venue ici volontairement, consciemment », a-t-il déclaré.

Le chef de l’UNITA a exhorté les personnes présentes à soutenir le Front patriotique uni (FPU), une plate-forme électorale, intégrée par l’UNITA, le parti du Bloc démocratique, le projet politique PRA-JA Servir Angola et la société civile.

« Nous dirigeants et autres, parce que la société a dit qu’elle est avec nous et pense de la même manière, nous comprenons que nous devons formater un large front démocratique pour l’alternance politique du pouvoir dans notre pays », a-t-il souligné.

Selon Adalberto Costa Júnior, la plate-forme électorale n’est pas fermée et reste ouverte à la collaboration de la société civile.

« Ce large front à caractère électoral a un engagement multiple, qui n’est pas seulement l’intention de faire de l’alternance politique et de gouverner. Nous avons un accord multiple, pour une base majoritaire à l’Assemblée nationale, nous avons besoin de votre vote, de votre confiance, pour avoir l’alternance du pouvoir politique en août », a-t-il déclaré.

Adalberto Costa Júnior a informé que d’ici la fin de ce mois, le programme de gouvernance de l’UNITA sera présenté, déjà présenté lors des élections précédentes, mais maintenant amélioré et adapté à la réalité actuelle, avec les idées de la société, pour enrichir les programmes.

La réalisation des collectivités locales, la révision constitutionnelle, la réduction des pouvoirs du Président de la République et son choix direct aux élections, ainsi que la constitution de deux régions autonomes, notamment pour les provinces de Cabinda et de Luanda sont quelques-unes des engagements du programme de gouvernance du plus grand parti d’opposition.

L’acte, auquel a participé le leader du Bloc démocratique, Filomeno Vieira Lopes, s’est déroulé dans le cadre des élections générales que l’Angola organisera en août de cette année.

NME // MSP