Le directeur général de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) a classé l'accord signé aujourd'hui par les gouvernements des petits États insulaires africains en développement, actuellement dirigé par le Cap-Vert, pour l'acquisition conjointe de médicaments, appelant à sa réplication.

«Cet accord intervient à un moment critique pour tout le monde. Le coût des médicaments et des produits de santé consomme une part importante des budgets nationaux », a déclaré Tedros Adhanom Ghebreyesus, lors de la cérémonie de signature de cet accord, qui s'est déroulée par visioconférence.

Il a impliqué les ministres de la Santé du Cap-Vert, des Comores, de Maurice, de São Tomé et Príncipe et des Seychelles (qui constituent le groupe des petits États insulaires en développement africains), ainsi que de la Guinée-Bissau et de Madagascar, qui ont rejoint l'initiative, qui bénéficie du soutien technique du bureau de l'OMS pour l'Afrique.

Tedros Adhanom Ghebreyesus a souligné qu'il s'agit d'un «accord historique», qui survient précisément «à un moment où le covid-19 crée des défis pour les systèmes de santé mondiaux», et qui réduira les coûts et garantira la qualité des médicaments, à savoir dans les pays africains aux prises avec des problèmes de contrefaçon de médicaments.

«J'espère que cela inspirera d'autres pays à emboîter le pas», a déclaré le Directeur général de l'OMS, réaffirmant le soutien de cette agence des Nations Unies au projet des petits États insulaires en Afrique.

Le groupe de cinq petits États insulaires africains en développement est dirigé depuis décembre par le Cap-Vert, qui était représenté à la signature de l'accord par le ministre de la Santé, Arlindo do Rosário.

Au cours de la cérémonie, aucune valeur concrète d'achat ni de calendrier de mise en œuvre de l'accord signé aujourd'hui n'a été avancé, l'OMS admettant des économies sur le prix des médicaments essentiels pouvant atteindre 40%.

Le ministre Arlindo do Rosário a expliqué seulement que la prochaine étape consistera à lancer un «test pour l'acquisition conjointe» d'un nombre limité de médicaments et ensuite à renforcer les capacités du secrétariat de ce groupe, assumé par l'OMS Afrique et qui sera ensuite placé dans l'un des pays membres du groupe.

Il a également expliqué qu'il sera nécessaire de mobiliser des ressources humaines, logistiques et financières, ainsi que d'encourager la production locale de médicaments, «de qualité et certifiés».

Réunis à Praia en décembre dernier, les cinq petits États insulaires en développement (PEID) de la région africaine se sont mis d'accord sur une stratégie commune d'achat de médicaments et de vaccins, à travers une approche visant à améliorer leur qualité et leur qualité. l'offre, ainsi que la réduction des coûts et le renforcement des services de santé.

Avec une population totale d'environ trois millions d'habitants, ces cinq États ont convenu d'un programme d'acquisitions conjoint, incorporé dans l'accord signé aujourd'hui et étendu à la Guinée-Bissau et à Madagascar, pour tirer parti des économies d'échelle et de la négociation collective.

L'acquisition conjointe de médicaments, comme moyen d'obtenir des synergies et de meilleurs prix, était une mesure adoptée lors de la sixième réunion de ce groupe, tenue il y a trois ans, avec le soutien de l'OMS.

PVJ // JH

Le contenu de l'OMS Leader appelle à la réplication d'un accord entre les petits États insulaires africains apparaît en premier dans Vision.